AccueilAccueil  Tumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 — Intrigue N°1 : the king's tournament.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatarhalbarad
ɤ REGISTRATION : 13/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 1196
ɤ STATUT DU SANG : un sang aussi pur et royal que le cristal.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : les étendues ensoleillées de cahordie, la contrée et des rois.
ɤ METIER OU FONCTION : jeune roi, marionnette favorite d'un peuple qui attend beaucoup de lui.
ɤ INVENTAIRE : l'épée des hammer accrochée à la ceinture • un poignard caché dans chacune de ses bottes • la couronne sur sa tête et des fourrures sur ses épaules.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Ven 31 Jan - 1:57

the king's tournament
A MES FRÈRES ET SŒURS DE KAHANOR

 

 
Rien ne laissait présager qu’un revers de situation viendrait troubler le tournoi. Captivé par la bataille qui faisait rage entre Azrael et Althar Warwick, Halbarad était plus vulnérable qu’il aurait dû l’être. On lui avait appris à faire preuve d’une vigilance constante, vigilance qui lui faisait défaut en ce jour de fête pour la famille Hammer. N’avait-il pas droit au repos une journée seulement ? Le jeune Roi écouta distraitement Hedwige s’adresser à Euphemia et lui sourit brièvement, reconnaissant qu’elle essaye de changer de sujet. Hedwige était décidément une femme de confiance et une femme intelligente, et il savait que cela ferait mouche avec Euphemia qui tenait en grande estime la capitaine des Cavaliers Verts. En effet, sa sœur se détendit ostensiblement, ce qui rassura Halbarad qui pensait que les choses allaient dégénérer. Son regard se posa alors sur Aurore à qui il sourit. Il aurait aimé l’avoir près de lui, ne serait-ce que pour avoir son avis sur les festivités et le combat qui se déroulait sous leurs yeux. Il s’attarda un instant sur son regard couleur chocolat et ses boucles brunes, avant de tourner la tête de l’autre côté pour s’adresser à Eleonore et Lyanna, qui était visiblement terrifiée par le sort d’Azrael. « Ne vous inquiétez donc pas tant Lady Wryn, je parierais cent fois sur la victoire d’Azrael. » dit-il avec un sourire, sourire qu’il perdit en observant Phineas. Lui aussi s’inquiétait quant à la potentielle de son cousin, face à cette montagne qu’était Warwick. Mais alors, tout se passa très vite. En l’espace de quelques secondes, ce fut la panique. Une silhouette atterrit sur l’estrade, littéralement tombée du ciel, et Hedwige fondit gracieusement mais rapidement dessus, appuyant sa lame contre sa gorge. Le sang d’Halbarad ne fit qu’un tour et son cœur martela sa cage thoracique. Il venait d’être surpris, et il se rendit compte à quel point il était facile de se faire avoir. « Eleonore… Ça faisait longtemps très chère cousine. Princesse Euphemia. » Ce qui venait de se passer était presque irréel. « Votre altesse. »  Le jeune Halbarad n’eut pas le temps de répondre qu’Hedwige lançait : « La prochaine fois que vous souhaitez faire vos salutations à la famille royale, essayez de passer par la grande porte, comme tout le monde. » En essayant de remonter l’arbre généalogique de la famille Tilney, il comprit qu’il avait à faire à Adrian Rivers. On lui avait souvent parlé de lui et s’il l’avait rencontré par le passé, il était trop jeune pour s’en souvenir. Cependant, son agilité et son adresse étaient vantées de tous, ainsi que son goût pour les plaisanteries de ce genre. Halbarad jeta un coup d’œil en direction de la foule et des combattants qui avaient cessé de se battre pour les regarder. Il serra les dents et se leva, déçu. Décidément, on avait décidé de gâcher sa journée. « Votre altesse, quels sont vos ordres ? » Le jeune homme jeta un coup d’œil à Màebh pour s’assurer que ce dernier veillait sur les autres, tandis qu’il s’approchait du bord de l’estrade pour faire face au peuple qui s’agitait et se bousculait pour voir ce qui était en train de se passer. « Du calme, je vous prie. » dit-il d’une voix forte, qui ne réussit pourtant pas à couvrir l’intégralité des discussions animées. Il les maudit intérieurement et continua : « Le Tournoi sera interrompu quelques minutes seulement, veuillez nous en excuser. » Il se posta alors aux côtés d’Hedwige quoi qu’un peu en retrait, comme on le lui avait appris à le faire, de façon à l’inciter à rester sur ses gardes et de garder son épée à proximité, et demanda d’une voix plus basse afin que seule leur assemblée l’entende : « Puis-je savoir pour quelle raison vous vous êtes jetés de ce toit ? Un cousin a toujours sa place auprès de nous, sans avoir recours à de telles méthodes pour se faire valoir. » Halbarad, bien que courtois, restait méfiant. Après tout il ne le connaissait pas, et les choses avaient trop dégénéré à son goût. Il se tourna vers Eleonore puis vers Dezial, espérant qu’ils l’aideraient. Eux seuls connaissaientt l’homme ici … Du moins c’était ce qu’il croyait.
   
 
Codes par Wild Hunger.

________________________

reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Ven 31 Jan - 17:50



the king's tournament
Une multitude de scénarios ne cessaient d'attaquer ma tête, mon esprit et mon imagination bien trop débordante pour me laisser indemne. Tout pourrait arriver, absolument tout. Quelqu'un pourrait surgir et planter un poignard dans le coeur d'Halbarad, une de ces demoiselles présentes pourraient avoir caché une quelconque arme dans leurs robes et je n'avais pas confiance en toutes les personnes présentes...peut-être étais-je trop suspicieux, mais j'avais pour excuse mon affection pour la cible préféré des médisances des temps actuels. J'avais entendu trop de choses pour être serein lors d'une manifestation de pouvoir comme ce tournoi. J'étais passé par bien trop de villages mécontents de la royauté, maudissant chacun de ses membres, priant pour que bientôt le peuple d'Aubétoile se soulève et renverse le pouvoir. Une partie du monde n'était pas prêt à voir Halbarad sur le trône et je pouvais comprendre, en un sens, pourquoi. Il est vrai que si je ne le connaissais pas de cette façon, si j'avais été totalement inconnu à ces hauts lieux de pouvoirs habités par des personnages si complexes, je n'aurais pas compris, je n'aurais pas aimé, j'aurais maudis, j'aurais menacé. Peut-être même aurais-je hais cet homme, ce petit garçon que j'aurais jugé incapable de monter sur le trône. Mais là, maintenant, avec ce que je savais il m'était totalement impossible d'affirmer ce genre de postulats. Halbarad était l'homme le plus apte à diriger Kahanor. Ses idées étaient justes. Il était fondamentalement généreux et bon. Il voulait donner à son peuple ce qu'il y avait de meilleur et j'avais foi en lui. Je croyais en Halbarad plus qu'en quiconque, plus qu'en moi-même. J'aurais été capable des pires choses en son nom, des actes qu'il ne m'ordonnerait jamais de faire. Je le portais dans mon coeur comme on porte une flamme que l'on doit cacher aux yeux de tous par peur que l'on vienne l'éteindre d'un coup de souffle impétueux et irrespectueux. Je savais devoir être prudent à son égard, ne pas laisser paraître ce qui en retournait réellement, ce qui battait au fond de mon être et de mon âme comme une symphonie incomplète écrite les jours de pluie et les nuits orageuses et sans lunes.

Puis tout se passa vite, trop vite. Une tache humaine s'écrasa sur l'estrade alors que d'un geste rapide de pur réflexe je dégainais les deux dagues qui, présentes l'une dans chaque main, finirent pointés sur le torse et le ventre de l'inconnu. Mes sourcils froncés, je braquais du regard cet homme au charme frappant et à l'attitude plus que surprenante et menaçante. Je reconnu dans sa tenue de corps et son regard moqueur la signature des assassins, de ces hommes qui tuent pour l'argent. Le souvenir de cet Elios me revint en mémoire. Un assassin, un sombrelame. Un homme à qui j'avais donné plus d'argent que nécessaire pour retrouvé les bandits coupables de la disparition de mon frère. Un Sombrelame qui n'a plus jamais donné de nouvelles. Alors une certaine haine avait commencé à croître à l'encontre de ce genre d'homme. Des hommes méprisants la vie humaine et ne mettant aucune importance dans le regard des gens. « Eleonore… Ça faisait longtemps très chère cousine. Princesse Euphemia. » mes sourcils se fronçèrent d'avantage alors que je ne reconnus pas ce sois-disant "cousin". L'était-il vraiment ? Je ne pris pas le risque de tourner ma tête vers la concernée, ou même vers Halbarad. Je ne voulais pas laisser la possibilité à cet homme de s'en prendre à la famille royale, à mon roi.  Hedwige baissa son arme, j'en fit de même à contre-coeur, toujours peu certain de la tournure de la situation. Je restais près de l'homme qui se tourna vers Halbarad, un mouvement à objectif dissuasif se fit ressentir dans ma position alors que mon visage ne parut en rien amical. Halbarad se leva et s'adressa à la foule, déclarant la suspension temporaire du tournoi. Je fis quelques pas en arrière lorsque se dernier se rapprocha du sombrelame et je restais à distance raisonnable, histoire de pouvoir entendre et voir. Histoire de pouvoir enfoncer mes dagues dans la gorge de cet assassin s'il venait à toucher un seul cheveux de l'homme que j'appréciais bien trop, que je n'osais aimer pleinement.

  
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
avatarthe justice
ɤ REGISTRATION : 15/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 1043
ɤ STATUT DU SANG : Bâtard
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : En Medraven au sein de la cité d'Elaven
ɤ METIER OU FONCTION : Officiellement, maître d'armes à Aubétoile, officieusement il est membre du conseil des Sombrelames.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Ven 31 Jan - 19:56

« Le combat battait son plein. Azraël avait finit par montrer au peuple que la taille et la force seule ne comptaient pas. Doté d'une grande technique, le jeune chevalier arrivait à contenir la bête face à lui, semblant ainsi créer la surprise auprès de bon nombre de spectateurs. Dezial lui, était encore tranquillement blotti sur son cheval, non loin de l’estrade, tout souriant. Il souriait, heureux des progrès de son ancien disciple, qui semblait avoir bien retenu tout ce qu'il lui avait été expliqué. Le maître d'armes ne put s'empêcher de remarquer quelques bases du combat Sombrelame, chose qui déstabilisait à chaque fois la Montagne, prit au dépourvu par des coups si rapide qu'il ne pouvait rester que sur la défensive lorsque ces derniers apparaissaient.

Cependant, le combat fut bien vite interrompu par une arrivée quelque peu … Étrange. D'un saut qui aurait été fatal à la quasi totalité des non-initiés de la guilde, Adrian déboula dans un grand bruit sur l'estrade, malgré une agilité des plus félines. Ce n'était pas pour rien qu'on le considérait comme génie, un tel saut, d'une telle précision et conclu par une telle précision … C'était quelque chose des plus compliqués, jugeant un bref instant la situation, le maître d'armes rit intérieurement, préférant ne pas penser à ce qu'il serait advenu de lui s'il avait tenté un tel saut. Quelque chose de pas très beau, sans aucun doutes. Il avait beau être un membre du Conseil, il y avait quelques facettes du « métier » sur lequel il était bien loin d'être aussi efficace que son cher cousin.

Bien entendu, une telle arrivé alerta à la fois Hedwige et Màebh, qui dégainèrent leur lames pour tenter d’appréhender le suspect. Mais, très vite, la demoiselle sembla remarquer quelque chose. Était-ce dû à ce saut ? A ces mouvements ? Son regard changea subtilement, elle comprit très vite ce qu'était réellement Adrian, et, une sorte de perte de confiance sembla prendre possession d'elle. Sans doutes la Capitaine venait-elle de prendre conscience de sa faiblesse face à un tel personnage ? Et pourtant … Une fois sa formation finie elle n'aurait nullement à rougir face à un Sombrelame. Certes, croiser le fer avec un membre du Conseil s’avérerait sans doutes mortel mais … La faiblesse ne serait plus de mise.

Comme pour se présenter, l’assassin salua tour à tour les membres de sa famille, sans pour autant bouger, restant sous la menace des deux Cavaliers Verts, voulant faire preuve de bonne foi. S'il était arrivé ainsi, c'est qu'il y avait une bonne raison, Dezial se devait d'agir. Ainsi, après quelques échanges entre le roi et la capitaine, celle-ci finit par rabaisser sa lame. Le roi finit par demander un court arrêt du tournoi avant de demander à son second oncle présent la raison de tout cela, que quelqu'un partageant son sang pouvait aisément être admis à ses côtés. Là, dans le regard de son neveu qui cherchait un peu de sa sagesse, le maître d'armes y vit une faille. Se rapprochant au plus près de son neveu royal, il fit mine de trouver une bonne raison de sa venue. Le garçon ne le connaissait que peu, il ne serait peut-être pas si difficile de déformer un peu la réalité.

« Votre altesse, je vous prie, ne soyez pas trop sévère avec lui, il ne pensait pas à mal. Notre cousin est un guerrier, un des meilleurs que j'ai pu voir tout au long de ma vie. Ne pas pouvoir participer et démontrer l'étendue de ses talents a sans nul doutes réussi à faire bouillir son sang et, il a voulu faire preuve de son habilité. Ce n'était peut-être pas la meilleure des façons de faire mais, que quelqu'un avec de telles capacités veuille se montrer, cela me semble normal. De grâce … Accordez lui votre pardon. »

Ôtant son heaume, Dezial se voulait souriant, avant de se tourner vers Hedwige, doux comme à son habitude pour lui tendre quelques mots, que sûrement, seulement elle comprendrait réellement.

« Ma dame, ne craignez-rien, Adrian est des nôtres, il ne fera rien qui pourrait être dangereux pour vos protégés, bien au contraire. »

Plein de sous-entendu, il espérait que la jeune femme, consciente de la situation de son champion, arriverait à lire entre les lignes. S'il était arrivé ainsi, c'est que la situation l'obligeait à agir de la sorte. Il avait montré qu'il n'avait aucune arme sur lui, dans le but de ne pas attirer plus que de raison l'attention des gardes. Il était vrai que quelqu'un doté de ses compétences n'avait nullement besoin d'armes pour tuer bon nombre de personnes, mais s'il était présent sur cette estrade, c'est qu'un danger était imminent. Ainsi, furtivement, le maître d'armes tira un couteau de sa manche et tendit la main vers son confrère, espérant ainsi qu'il vienne la lui serrer, et ainsi lui permettre de s'armer. La lame était habillement dissimulé dans le creux de sa main, légèrement tournée vers le sol dans une position qui semblait des plus naturelles. Ainsi, il espérait aussi apprendre la raison de sa présence.

« Cela fait longtemps Adrian ! Comme je suis heureux de te revoir enfin! »

Peut-être passerait-il pour un idiot aux yeux de certains, mais, la sécurité des siens comptait bien plus que ce que l'on pensait de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe emperor
ɤ REGISTRATION : 13/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 434
ɤ STATUT DU SANG : Membre de la famille royale, fille aînée des Tilney
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Elaven, siège des Tilney (Medraven)
ɤ METIER OU FONCTION : Reine régente du royaume

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Sam 1 Fév - 0:26

Il constata que la mort de cet amer contempteur de la vie ne dérangeait pas l'écoulement du fleuve de la vie, où passent, telles des nuées de poussière, des hommes et des femmes qui tournoient et se bousculent comme des poupées de liège tout juste lestées d'assez de plomb pour rester dans leur posture fièrement verticale.
― VICTOIRE {Joseph Conrad}


The king's tournament

Des cris de la foule résonnent tout autour de la zone des combats et montent vers l'estrade en un brouhaha enthousiaste et bouillant. A ses côtés, ses enfants ont cessé de se disputer et Euphemia lance quelques paris, accompagnée de Cellie. Eleonore elle-même se surprend à participer à l'amusement général, devisant des mérites de son neveu avec la jeune lady Lyanna.

Et soudain, tout s'emballe. Adrian, ce cousin même qu'elle n'a pas vu des années, déboule - au propre et au figuré tout à la fois - devant elle. A genoux devant elle et les bras grand ouverts. Surprise, elle contient à peine son sursaut mais ne peut s'empêcher d'écarquiller ses beaux yeux bruns en fixant Adrian. Hedwige, en revanche, est plus prompte à réagir, menaçant sa parentèle, imitée par Màebh.

    (adrian) Eleonore… Ça faisait longtemps très chère cousine. Princesse Euphemia.
Et il se moque, en plus, le bougre ! Il méritait qu'elle le frappe. La laisser ainsi pendant des années, et débarquer aussi théâtralement devant eux. Vraiment, elle est presque certaine qu'il est ici pour une raison (elle ne doute guère de son insensibilité chronique quand il s'agit de la laisser sans nouvelle) mais ne saura-t-il jamais rien faire comme tout le monde ?

Captant son regard, elle le fixe, un mélange d'amusement et d'interrogations au bout de ses lèvres roses. Et si elle ne comprend pas tout, elle en comprend une partie, la plus importante de toutes (un danger rôde), alors que leur complicité d'enfants se retisse et se renoue avec tout le naturel du monde. Se levant de son siège, elle s'approche des deux hommes, un sourire naturel mais le regard prudent. Puis, de la main, elle fait signe à ses enfants d'approcher. Trop de gens se pressent autour d'eux, n'importe lequel pourrait être dangereux. Elle les préfère à proximité d'Adrian et de Dezial, et sous la protection du regard curieux de la foule.

    (eleonore) Mon fils, ma fille. Je vous présente l'un de mes cousins. Comme l'a dit Dezial, nous ne craignons rien de lui. Le sang des Tilney ne saurait se trahir lui-même, et se tournant vers les gardes royaux et les cavaliers : Si vos lames doivent demeurer dénudées, que leurs pointes se tournent vers d'autres cibles.

Du regard, elle capte celui d'Alvin et plus que les liens du sang, le coeur parle et en dit plus long que les mots ne le feraient jamais. Et imperceptiblement, il acquisce. Lui aussi a compris qu'un danger caché menace Halbarad et Euphemia.


________________________

C'EST COMME DANS CES GRANDES HISTOIRES ●● Celles qui importaient vraiment, celles où il y avait dangers et ténèbres. Parfois, on ne voulait pas connaître la fin car elle ne pouvait pas être heureuse. Comment le monde pouvait-il redevenir comme il était avec tout ce qui s'y était passé ? Mais, en fin de compte, elle ne fait que passer cette ombre, même les ténèbres doivent passer. Un jour nouveau viendra et, lorsque le soleil brillera, il n'en sera que plus éclatant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-k.forumactif.org/t126-eleonore-ou-la-volonte-ne-
avatarhalbarad
ɤ REGISTRATION : 13/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 1196
ɤ STATUT DU SANG : un sang aussi pur et royal que le cristal.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : les étendues ensoleillées de cahordie, la contrée et des rois.
ɤ METIER OU FONCTION : jeune roi, marionnette favorite d'un peuple qui attend beaucoup de lui.
ɤ INVENTAIRE : l'épée des hammer accrochée à la ceinture • un poignard caché dans chacune de ses bottes • la couronne sur sa tête et des fourrures sur ses épaules.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Lun 10 Fév - 16:51

the king's tournament
A MES FRÈRES ET SŒURS DE KAHANOR

 

 
« Votre altesse, je vous prie, ne soyez pas trop sévère avec lui, il ne pensait pas à mal. Notre cousin est un guerrier, un des meilleurs que j'ai pu voir tout au long de ma vie. Ne pas pouvoir participer et démontrer l'étendue de ses talents a sans nul doutes réussi à faire bouillir son sang et, il a voulu faire preuve de son habilité. Ce n'était peut-être pas la meilleure des façons de faire mais, que quelqu'un avec de telles capacités veuille se montrer, cela me semble normal. De grâce … Accordez-lui votre pardon. » La situation était presque surréaliste aux yeux d’Halbarad qui regarda son oncle Dezial défendre le nouveau venu de façon détendue, alors même que c’était la panique la plus totale autour d’eux et notamment parmi le peuple qui tenait absolument à voir ce qu’il était en train de se passer sur l’estrade des nobles. Le jeune homme chercha du soutien dans le regard de sa mère qui somma ses enfants de s’approcher d’elle. « Mon fils, ma fille. Je vous présente l'un de mes cousins. Comme l'a dit Dezial, nous ne craignons rien de lui. Le sang des Tilney ne saurait se trahir lui-même. Si vos lames doivent demeurer dénudées, que leurs pointes se tournent vers d'autres cibles. » Le jeune Halbarad se mordit la langue, mettant de côté son agacement, et acquiesça en guise de salutation, avant de poser sa main avec douceur sur l’épaule de Màebh à ses côtés pour qu’il baisse les armes. « Je suis navré pour ma réaction, j’ai été quelque peu surpris. C’est un plaisir de rencontrer enfin le fameux Adrian Rivers. » Un sourire fin se dessina sur ses lèvres et il laissa place à sa sœur, regardant autour de lui. Halbarad avait du mal à croire que l’homme ait simplement sauté sur l’estrade par envie de faire preuve de son habilité ; ce n’était plus un petit garçon. Il fit un pas en arrière pour se placer aux côtés d’Aurore à qui il sourit aussi brièvement. L’état de joie et d’excitation dans lequel il se trouvait quelques minutes plus tôt était complètement terminé, maintenant l’anxiété reprenait le dessus. Sa main se porta machinalement au pommeau de l’épée des Hammer, attachée à sa ceinture. « Vous voyez qu’on ne s’ennuie jamais ici. » railla-t-il à voix basse pour qu’elle seule l’entende. « Par ailleurs, ne sommes nous pas une cible facile, ainsi attroupés ? » continua-t-il d’une voix plus audible. En s’intéressant à Adrian, l’attention de chacun portée sur lui, personne ne veillait plus à ce qu’il se passait autour … Et il pouvait se passer n’importe quoi.
   
 
Codes par Wild Hunger.

________________________

reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe emperor
ɤ REGISTRATION : 02/01/2014
ɤ PARCHEMINS : 682
ɤ STATUT DU SANG : Royale, son père était feu le Roi Halbarad I.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : La Cahoridie, la contrée des Rois.
ɤ METIER OU FONCTION : Princesse de Kahanor, qui cherche à évoluer pour aider le Roi, son frère.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mer 12 Fév - 17:16

The King's Tournament
Intrigue

Un battement de cils, le combat entre mon cousin et la montagne faisait rage, un second clignement d'yeux, et un homme mystérieux apparut devant nous engendrant à lui tout seul une panique certaine que ce soit sur l'estrade ou en dehors. « Eleonore ... Ça faisait longtemps très chère cousine. Princesse Euphemia. Votre altesse. » À peine les courtoisies terminées, que plusieurs se ruèrent sur lui pour protéger le Roi. Assise, totalement immobilisé par la surprise, je fixais obstinément l'agitateur. Ses longs cheveux bruns, cette barbe disgracieuse, cette voix ... Les souvenirs de cette nuit qui changea radicalement ma vie me revinrent subitement en mémoire. C'était lui ! L'homme qui m'avait jadis sauvé des griffes de ces mécréants. « Du calme, je vous prie. Le Tournoi sera interrompu quelques minutes seulement, veuillez-nous en excuser. » Halbarad se leva pour tenter de calmer la foule. « Puis-je savoir pour quelle raison vous vous êtes jetés de ce toit ? Un cousin a toujours sa place auprès de nous, sans avoir recours à de telles méthodes pour se faire valoir. » Connaissant bien mon aîné, je savais qu'il était agacé et contrairement à lui j'étais irrémédiablement excité par la situation malgré le silence dont je faisais preuve. Je l'avais longtemps cherché ayant presque perdu espoir de le retrouver. Une tension palpable se faisait sentir, chacun sur le qui-vive pour protéger la royale personne qu'était mon frère si bien que même mon oncle Dezial intervint « Votre altesse, je vous prie, ne soyez pas trop sévère avec lui, il ne pensait pas à mal. Notre cousin est un guerrier, un des meilleurs que j'ai pu voir tout au long de ma vie. Ne pas pouvoir participer et démontrer l'étendue de ses talents a sans nul doute réussi à faire bouillir son sang et, il a voulu faire preuve de son habilité. Ce n'était peut-être pas la meilleure des façons de faire mais, que quelqu'un avec de telles capacités veuille se montrer, cela me semble normal. De grâce ... Accordez-lui votre pardon. » Aucun nom, juste un visage pour le retrouver, et là il était en face de moi, apprenant par la même occasion qu'il était le cousin de Mère. La Reine se levant finalement, elle s'approcha de l'homme et de Dezial nous invita moi et le Roi à faire de même. Le cœur battant, et après une hésitation je finis par suivre mon aîné. « Mon fils, ma fille. Je vous présente l'un de mes cousins. Comme l'a dit Dezial, nous ne craignons rien de lui. Le sang des Tilney ne saurait se trahir lui-même. Si vos lames doivent demeurer dénudées, que leurs pointes se tournent vers d'autres cibles. » Si Halby n'avait peu l'envie de s'écarter, je l'aurais sans doute poussé pour être face à l'homme. Me laissant la place, je lui fis une courte courbette, mes yeux bleutés toujours fixer sur lui. « J'ai longtemps erré dans les ruelles pour vous trouver, il semblerait que mes efforts étaient vint ... » Complètement fasciné, je terminais « Le perturbateur semble être mon preux chevalier. »

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-k.forumactif.org/t418-euphemia-e-hammer-winter-i
avatarthe hermit
ɤ REGISTRATION : 14/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 244
ɤ STATUT DU SANG : Bâtard d'un noble
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Medraven
ɤ METIER OU FONCTION : Maître au Conseil de la guilde des Sombrelames.
ɤ INVENTAIRE : Une pierre à affûter, assez de pièces d'argent pour passer une semaine dans une auberge correcte...

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Sam 15 Fév - 1:30

Tous les regards sont braqués sur moi, ce qui n’est pas pour me déplaire je dois dire. La jeune femme qui me pointait sa lame sur la gorge se décide enfin à rengainer son arme. A-t-elle enfin compris que je n’étais pas un ennemi ? Si j’avais voulu tuer le roi j’aurais pu le faire d’une douzaine de façons différentes sans même qu’elle ne me remarque. Elle me lance un regard noir avant de prendre la parole. « La prochaine fois que vous souhaitez faire vos salutations à la famille royale, essayez de passer par la grande porte, comme tout le monde. » Je lui adresse un grand sourire avant de murmurer un « Je tâcherai de m’en souvenir. »
Mon attention est rapidement attirée par le roi en personne qui, après avoir annoncé la suspension des festivités, se tourne vers moi pour m’adresser la parole. « Puis-je savoir pour quelle raison vous vous êtes jetés de ce toit ? Un cousin a toujours sa place auprès de nous, sans avoir recours à de telles méthodes pour se faire valoir. » J’acquiesce silencieusement avant de chercher les mots qui pourraient expliquer la raison de mon arrivée. Cela risque d’être compliqué… Il faut que je trouve une bonne excuse et que je trouve la bonne formulation pour ne pas risquer d’être irrespectueux.
Mais alors que je cherche toujours mes mots, Dezial vole à mon secours et donne rapidement une raison pour le moins… Tirée par les cheveux ? Il n’y a aucune chance pour qu’ils y croient ? Si ?
Je me retourne vers mon cousin et remarque qu’il glisse discrètement une lame dans sa main avant de me la tendre pour que je lui serre. Ainsi donc il a compris la vraie raison de mon entrée en scène. « Cela fait longtemps Adrian ! Comme je suis heureux de te revoir enfin! » Je m’avance rapidement vers lui pour lui serrer la main et récupérer la lame au passage avant de poser ma main libre sur son épaule et lui faire accolade. « Très heureux de te revoir aussi Dezial ! » J’enrage de ne pas pouvoir le mettre au courant. Si je pouvais au moins lui dire ce qui se trame je serais bien plus tranquille… Mais au moins il est sur ses gardes, c’est déjà ça.

Alors que je le libère de mon étreinte, c’est Eleonore qui se rapproche cette fois de moi, un sourire aux lèvres. « Mon fils, ma fille. Je vous présente l'un de mes cousins. Comme l'a dit Dezial, nous ne craignons rien de lui. Le sang des Tilney ne saurait se trahir lui-même,» J’incline légèrement la tête pour la remercier avant qu’elle ne s’adresse aux gardes présents.  « Si vos lames doivent demeurer dénudées, que leurs pointes se tournent vers d'autres cibles. » Encore une personne qui a bien comprit que je n’étais pas l’ennemi. Voilà qui me rassure. Heureusement que tous ne sont pas aussi sanguins que la jeune femme ou le gamin qui m’ont immédiatement pointés leurs armes dessus. Certes ils font leur devoir, mais tout de même !

« Je suis navré pour ma réaction, j’ai été quelque peu surpris. C’est un plaisir de rencontrer enfin le fameux Adrian Rivers. » J’incline humblement la tête. « Merci votre altesse. Et c’est pour moi un honneur d’enfin vous rencontrer. » Je plonge mon regard dans le sien et y devine une pointe d'anxiété. Alors lui aussi a compris que quelque chose clochait ? Décidément je suis de plus en plus rassuré. Au moins avec tout le monde aux aguets le Sombrelame aura plus de mal à accomplir sa "mission".

Mon regard se tourne vers la jeune princesse Euphemia qui prend la place de son frère avant de me faire une légère courbette à laquelle je réponds en inclinant la tête. « J'ai longtemps erré dans les ruelles pour vous trouver, il semblerait que mes efforts étaient vint ... » Je lui affiche un grand sourire. « Le perturbateur semble être mon preux chevalier. » « Et bien… Je ne pensais pas que vous vous souviendriez de moi. Il faut dire que vous étiez jeune. » Je lui lance un nouveau sourire et me retourne vers Halbarad avant de prendre la parole. « Si je peux me permettre une remarque votre altesse... » Je n’attends pas qu’il me donne l’autorisation de parler et reprends rapidement . « Loin de moi l’idée de vous manquer de respect, mais… Je pense qu’il serait judicieux de reprendre les hostilités. » Je désigne l'arène d’un geste de la main. « La foule commence à gronder. Et je ne pense pas que vous souhaitiez avoir une révolte en plus sur les bras. » Oh bien sûr, je sais que c’est en grande partie de ma faute si la foule s’impatiente et que je ne manque pas de toupet de le faire remarquer. Mais il serait sage de les calmer le plus tôt possible. La confusion supplémentaire que ça générerait pourrait profiter au Sombrelame.

Je fais une tape amicale sur l’épaule de Dezial avant de m’écarter de l’avant de l’estrade et me dirige tranquillement vers l’arrière où se tiennent les gardes. Je m’installe aux côtés de la jeune femme qui m’a pointé en première son arme dessus. Hedwige je crois…
Je croise les bras et tourne la tête vers ma voisine. « Jolis réflexes. Vous m’avez vraiment impressionné. Le roi a de la chance de vous avoir comme garde du corps. » Je jette un bref coup d’oeil sur la foule et me mordille la lèvre en voyant qu’elle n’a absolument pas l’air de se calmer avant de reporter mon attention sur la jeune femme. « Le fait que vous m’ayez menacé est tout à fait honorable, vous vouliez protéger le roi et je respecte ça. » Je cherche un moment mes mots. « Ne prenez pas ça comme une menace, mais… Repointez votre arme sur moi et je vous brise le bras en trois. » Je sais bien que ce n’est pas très malin de la menacer, mais je ne supporte pas que l’on me menace quand il n’y a aucune raison de le faire. Je lui lance un bref sourire et m’incline avant de reprendre. « Adrian Rivers. Ravis de vous rencontrer. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe justice
ɤ REGISTRATION : 14/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 278
ɤ STATUT DU SANG : noble.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : alcahar.
ɤ METIER OU FONCTION : capitaine des Cavaliers Verts.
ɤ INVENTAIRE : outre les possessions coutumières d'un Cavalier Vert, à savoir sa broche, une bourse d'argent et une paire de gants en cuir, Hedwige porte une longue épée dans un fourreau suspendu en travers de son dos ainsi que deux dagues jumelles soigneusement rangées dans des étuis attachés à ses cuisses. elle privilégie les tenues en cuir, agrémentées de capes en fourrure de renard - elle en garde une précieusement, en fourrure de loup géant, qu'elle tient de son défunt père et qu'elle ne sort que par grand froid.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mar 18 Fév - 8:32


the king's tournament
ɤ

Bien que la posture de la Capitaine se soit légèrement modifiée, elle n’en demeurait pas moins alerte et relativement agacée par l’attitude désinvolte du nouveau venu. En d’autres temps, ils auraient sans doute pu être amis, vu le peu de crédit qu’elle accordait à l’étiquette ou à la noblesse du sang, mais ils venaient de partir d’un très mauvais pied. S’il était une chose avec laquelle elle ne plaisantait pas, c’était la sécurité du Roi – spécialement lorsque les Cavaliers Verts dépassaient leur « simple » rôle de messagers pour suppléer les gardes. Il en allait de l’honneur de l’Ordre et de la vie de leur seigneur. La lame toujours sortie, elle ne menaçait pourtant plus le bâtard et pour cause, ce n’était pas lui qu’elle craignait. Elle savait qu’elle n’aurait aucune chance en combat singulier contre un membre de la Guilde, mais elle était plus alarmée par son arrivée fracassante que par lui-même. S’il avait voulu abattre une tête couronnée, il n’aurait eu qu’à rester caché parmi les ombres. Non, sa venue signifiait qu’il y avait un danger plus imminent que personne n’avait dû remarquer. Le regard bleuté de la fille d’Alcahar s’éloigna du petit comité qu’ils formaient pour dévisager les plus proches témoins, jusqu’à finir par s’aventurer sur la foule qui ne se gênait pas pour observer le débat et tendre l’oreille. L’intérêt des gens pour les malheurs d’autrui la fascinaient toujours autant malgré les années… elle ne comprenait pas l’excitation que certains ressentaient dès qu’ils se savaient proches d’un évènement. Une dispute royale les ravissait, un meurtre les faisait jacasser pendant des semaines. Un rien les distrayait, au fond. Pour une fois, Hedwige se sentit reconnaissante de ne pas avoir été élevée comme n’importe quelle fille de campagne qui aurait certes eu plus de libertés, mais qui n’aurait probablement pas eu la détermination ou la discipline qui étaient siennes.

Halbarad et sa mère tentèrent d’apaiser la situation, bientôt rejoints par Dezial. L’intervention du maître d’armes termina d’achever la confiance de la Capitaine, car à voir l’enthousiasme qu’il mettait dans ses salutations envers Adrian, il le connaissait bien plus qu’il ne l’aurait admis devant sa sœur. Serait-il un Maître Sombrelame, lui aussi ? La pensée traversa fugacement son esprit, avant qu’elle n’y remettre de l’ordre et qu’elle ne consente à mettre de côté ses aprioris pour le moment. Certes Adrian ne lui avait pas fait bonne impression, néanmoins il n’était ni menaçant ni condescendant. Il aurait pu la maîtriser, l’humilier en un tour de main – elle ou même Maèbh d’ailleurs. Mais il ne l’avait pas fait. Son attitude railleuse et ses grands sourires ironiques n’aidaient pas la jeune femme à se calmer, toutefois elle fit de son mieux pour paraître moins excédée en se dissimulant derrière un masque autoritaire et impassible, ce qu’elle savait faire de mieux.

C’est finalement l’intervention de la belle Euphemia qui mit fin à l’hostilité qu’elle ressentait. Ainsi c’était lui ? Elle porta à nouveau son regard sur sa silhouette svelte, son visage aux joues mangées par une barbe lui donnant l’air d’une canaille, sa chevelure désordonnée qui aurait bien eue besoin d’un rafraîchissement… Elle ne doutait pas un instant que la princesse ait reconnu son sauveur, et pourtant elle ne pouvait s’empêcher de se demander si un personnage aussi insouciant collait au rôle que l’adolescente voulait lui donner. Si elle le lui avait demandé, Hedwige était quasiment certaine qu’il aurait répondu qu’il se trouvait simplement au bon endroit, au bon moment.

« Si je peux me permettre une remarque votre altesse... Loin de moi l’idée de vous manquer de respect, mais… Je pense qu’il serait judicieux de reprendre les hostilités. La foule commence à gronder. Et je ne pense pas que vous souhaitiez avoir une révolte en plus sur les bras. » « Il a raison, mon Roi. » s’entendit-elle répondre presque immédiatement après la tirade du Sombrelame. Elle rangea enfin son arme, étant prête à dégainer ses poignards si le besoin s’en faisait sentir ; puis elle s’approcha doucement d’Halbarad et de la Reine pour leur parler d’une voix plus basse. « Nous attirons beaucoup trop l’attention ainsi. Je doute que votre cousin, ma Reine, soit simplement venu nous montrer à quel point il est agile. Un peu d’intimité ne serait pas de refus. » Son ton se voulait respectueux et en même temps déterminé, signe qu’elle ne voulait pas les froisser en exposant ainsi son point de vue. Elle les connaissait depuis des années, mais elle n’avait pas l’audace de se penser au-dessus des protocoles et de l’étiquette. Après une brève inclination du buste en leur intention, elle s’éloigna en adressant un sourire amical aux damoiselles restées en retrait. Sur le chemin, elle croisa le regard admiratif d’Euphemia sur son bon samaritain. « Je suis contente que vous puissiez enfin mettre un nom sur un visage, princesse. Les ombres ne conviennent guère aux bienfaiteurs. »

Continuant sa route sans se soucier davantage du nouvel arrivant, elle espérait pouvoir profiter de l’isolement pour examiner la foule afin d’essayer de déterminer la menace dont il semblait vouloir les prévenir. Malheureusement pour elle, Hedwige n’était pas encore assez versée dans les arts des Sombrelames pour en repérer un dans un attroupement aussi important… sans compter qu’Adrian venait tout juste de la rejoindre et que sa présence la perturbait grandement. Un instant, elle espéra que Dezial en profite pour dialoguer avec son cousin et frère d’activités, mais il avait un autre combat à mener. Par le sang et les cendres, pourquoi fallait-il qu’elle doive supporter le sourire insolent de cet homme ? « Jolis réflexes. Vous m’avez vraiment impressionné. Le roi a de la chance de vous avoir comme garde du corps. » Elle lui jeta un bref regard dénué de colère ou d’agacement. « Je ne suis pas son garde du corps. » répondit-elle sans plus d’explications. Toutefois, son compliment avait fait mouche car elle remit nerveusement une mèche rebelle derrière son oreille en faisant mine d’être très occupée à monter la garde. « Le fait que vous m’ayez menacé est tout à fait honorable, vous vouliez protéger le roi et je respecte ça. »

Elle haussa un sourcil
Pour l'encourager à
terminer sa phrase.
Étrangement, Dès qu'il
prononça la suite,
Elle eut envie
d'éclater de rire.

« Ne prenez pas ça comme une menace, mais… Repointez votre arme sur moi et je vous brise le bras en trois. » « Ce sera avant ou après que ma lame ait abîmé votre joli minois ? » La réplique était cinglante, quoi que nullement agressive. L’on pourrait même avancer que la jeune femme est amusée par sa menace, à en croire l’éclat dans son regard et le mouvement convulsif de ses lèvres. Ce terrain-là lui est plus familier que l’incertitude dûe à son statut de Sombrelame. Il pourrait effectivement faire ce qu’il avançait, mais elle le jugeait légèrement trop présomptueux ; après tout, il ne la connaissait guère et il ne pouvait pas savoir qu’elle prenait des leçons auprès de Dezial, son confrère. « Adrian Rivers. Ravi de vous rencontrer. » Le bref sourire qu’il lui adressa avait l’air sincère, alors elle le lui retourna avec sa bienveillance naturelle. Bien qu’elle se sentait encore mal à l’aise en sa présence, le fait qu’il agisse ainsi le rendait moins mystérieux… en un sens, tout du moins. Et puis, une fois que l’on fréquentait un Sombrelame, il est plus aisé d’en rajouter un deuxième. « Charmée. » Le mot avait été prononcé de façon ironique et légèrement moqueuse, pour souligner les mots qu’ils venaient de s’échanger. « Hedwige Tarly, Capitaine des Cavaliers Verts. » Elle hésita un instant, ses iris papillonnant entre la foule, les combats et Adrian. « Je ne m’excuserais pas pour l’accueil, je tiens à faire en sorte que le Roi vive plus longtemps que son père. Mais je vous remercierai de ne pas m’avoir ridiculisée quand je vous ai mis ma lame sous la gorge, ça aurait totalement détruit ma réputation. » Entre humour et vérité, les mots coulent hors de ses lèvres avec plus de facilité qu’elle ne l’aurait songé. Qui sait, finalement, ils pourraient bien devenir amis. « Et merci pour la princesse. » rajouta Hedwige avec un sourire plus doux.

________________________


And my heart is the heart of a life.
For the devil to dance again,
And the room is too quiet.

I was looking for the breath of a life.
A little touch of a heavenly life,
But all the choirs in my head say no, oh oh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarhalbarad
ɤ REGISTRATION : 13/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 1196
ɤ STATUT DU SANG : un sang aussi pur et royal que le cristal.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : les étendues ensoleillées de cahordie, la contrée et des rois.
ɤ METIER OU FONCTION : jeune roi, marionnette favorite d'un peuple qui attend beaucoup de lui.
ɤ INVENTAIRE : l'épée des hammer accrochée à la ceinture • un poignard caché dans chacune de ses bottes • la couronne sur sa tête et des fourrures sur ses épaules.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mar 18 Fév - 12:42

the king's tournament
A MES FRÈRES ET SŒURS DE KAHANOR

 

 
Halbarad cligna des yeux quand Euphemia s’adressa à leur cousin. Etait-ce lui qui l’avait ramenée au Château après qu’elle soit sortie seule, des années auparavant ? Si la situation l’avaient permis, il aurait sans doute embrassé Adrian sur les deux joues, reconnaissant d’avoir sauvé sa sœur de la bêtise puérile dans laquelle il l’avait lui-même envoyé. Mais il en aurait l’occasion plus tard. « Si je peux me permettre une remarque votre altesse... Loin de moi l’idée de vous manquer de respect, mais… Je pense qu’il serait judicieux de reprendre les hostilités. La foule commence à gronder. Et je ne pense pas que vous souhaitiez avoir une révolte en plus sur les bras. » Halbarad aurait aimé faire remarquer que c’était plutôt ironique venant de lui mais Adrian avait bel et bien raison. Hedwige elle-même insista sur ce point en ajoutant : « Il a raison, mon Roi. Nous attirons beaucoup trop l’attention ainsi. Je doute que votre cousin, ma Reine, soit simplement venu nous montrer à quel point il est agile. Un peu d’intimité ne serait pas de refus. » Le jeune homme acquiesça et lança un coup d’œil circulaire pour observer les personnes présentes sur l’estrade, comme pour s’assurer qu’il ne manquait personne, ou qu’aucun visage inconnu ne se soit glissé parmi eux sans qu’ils ne l’aient remarqué. « Regagnez vos places, je vous prie. » ordonna-t-il à ses semblables, catégorique. Adrian et Hedwige n’avaient pas attendu qu’il leur demande pour le faire. Le Roi, de nouveau, s’adressa à la foule pour leur demander pardon pour l’interruption, ce qui eut pour effet de refroidir un peu leurs ardeurs. Ils s’étaient sans doute à ce qu’il arrive quelque chose d’extraordinaire, mais le Tournoi était loin d’être fini et l’arrivée impromptue d’Adrian n’avait fait qu’annoncer la suite des évènements. Qu’ils soient bons ou mauvais, Halbarad n’en savait rien ; mais quelque chose allait se produire, c’était certain. La foule se calma un peu et reporta en partie son attention sur les combattants qui s’étaient arrêtés lorsqu’il avait demandé une pause. « Sir Warwick, Sir Hammer, à vous. » Le jeune homme se retourna et lança un regard intense à sa mère, avant de se rasseoir à ses côtés. Il tenta tant bien que mal de s’intéresser de nouveau aux hostilités et, il avait beau essayer de se concentrer de toutes ses forces et prier les Trois pour qu’Azrael ressorte entier de l’affrontement, son esprit ne cessait de lui jouer des Tours. Il se redressa, soupira et se mordit la lèvre. Son regard se posait tour à tour sur l’Arène, puis sa mère à ses côtés, Euphemia de l’autre. Sur Màebh qui rôdait autour d’eux, et Hedwige et Adrian un peu à l’écart. Et parfois même sur Phineas, qui ne semblait nullement déstabilisé par les évènements. Jamais Phineas ne semblait déstabilisé par quoi que ce soit, ce qu’il admirait grandement. Halbarad espérait bien pouvoir se montrer à la hauteur de la Main du Roi un jour. Sans doute son jeune âge et son impatience ne lui permettaient-ils pas encore d’afficher cet air constamment neutre dessiné sur le visage des grands hommes. Non, Halbarad montrait bien trop ouvertement ce qu’il ressentait, ce qui était loin d’être une bonne chose. Aussi, il se força à poser définitivement son regard sur les combattants, bien que son cœur et son esprit soient encore alertes.
   
 
Codes par Wild Hunger.

________________________

reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe death
ɤ REGISTRATION : 03/09/2013
ɤ PARCHEMINS : 465

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Lun 24 Fév - 13:03


intrigue n°1 :
the king's tournament.


Toute l'attention était à présent rivée sur Adrian. Les gens n'étaient plus concentrés sur le combat sensé se dérouler sous leurs yeux et observaient l'estrade avec curiosité. L'homme serra les dents. Il devait agir, maintenant. Sa cible n'était plus qu'à quelques pas et c'était la seule chose qui l'intéressait. Le corps massif d'une Arme se dressait devant lui, mais ce n'était pas un problème, il n'avait qu'à s'en débarrasser. Il se glissa dans le dos du garde et lui trancha la gorge en plaquant sa main sur sa bouche, pour l'empêcher de pousser un cri. Son corps retomba lourdement sur le sol et l'autre Arme à côté se tourna vers l'ombre, mais n'eut pas le temps de réagir. Déjà, il sautait sur l'estrade et se précipitait vers sa cible, son poignard fermement serré dans le creux de sa main.
Un mouvement de panique secoua les Armes qui poussèrent un cri en même temps, avant de foncer vers leurs suzerains pour les protéger. Mais l'assassin était rapide et il se glissa aux côtés du Roi. La lame, tranchante, se rapprocha dangereusement du cou du jeune souverain. Mais un poignard siffla dans les airs et s'enfonça dans la gorge de l'assassin qui émit un borborygme immonde avant de s'effondrer sur le sol, raide mort. Des cris se mirent à résonner sur l'estrade des nobles et les gens se levèrent, s'écartèrent du cadavre en se bousculant. Des regards se tournèrent vers le point d'origine du poignard, qui avait été lancé par Dezial Rivers à l'exact bon moment.

Il n'avait pas eu le temps de réfléchir, neutraliser la cible immédiatement avait été son seul but. Malgré la rapidité avec laquelle les évènements s'étaient enchaînés, cela n'avait pas empêché le Maître d'arme de reconnaître un de ses frères de la Guilde des Sombrelames. Que faisait-il ici et pourquoi avait-il tenté de s'en prendre à Halbarad ? Les Armes formaient désormais un rempart infranchissable autour du Roi et l'un d'entre eux s'accroupit près du cadavre pour l'observer minutieusement. Il nota les nombreux poignards, les fioles de poison. Son identité ne faisait aucun doute, il s'agissait d'un assassin, d'un Sombrelame. Cette guilde n'avait jamais mené la moindre attaque contre la royauté de Kahanor, ils avaient même bien souvent contribué à aider l'autorité, protégeant des convois de marchands, prenant des contrats visant à abattre de dangereux criminels. Cette attaque était comme une déclaration de guerre, qui ne pouvait être tolérée.

———— ɤ ————

Vous l'aurez compris, l'homme qui a tenté d'assassiner le Roi est un Sombrelame. Il a été neutralisé par Dezial, qu'on remercie pour ses réflexes, n'est-ce pas. La question est, pourquoi a-t-il visé le jeune Halbarad II ? Un vent de panique secoue l'estrade des nobles. Et si les Sombrelames avaient cessé d'oeuvrer pour la justice et souhaitaient désormais s'en prendre à la noblesse de Kahanor ?

———— ɤ ————

Vos RPs peuvent aller jusqu'à 500 mots maximum, afin d'aller vite, bien évidemment, si vous en faites plus, on ne va pas vous manger non plus. Lorsque vous pensez être en mesure de répondre dans l'heure/les deux heures grand maximum qui suivent, merci de le signaler ici. Ainsi, nous évitons le risque que quelqu'un poste avant vous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-k.forumactif.org
avatarthe emperor
ɤ REGISTRATION : 13/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 521
ɤ STATUT DU SANG : Noble
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Cahoridie
ɤ METIER OU FONCTION : Fille de la main du roi... Oisive naturellement

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Lun 24 Fév - 17:35


The King's tournament


(William F. Buckley, Jr.) ▽ It is not a sign of arrogance for the king to rule. That is what he is there for.
Concentrée sur l'issue du combat qui se déroulait devant elle sous les acclamations de nombreux nobles, dont le roi, et gens du peuple, Cellie ne put s'empêcher de sursauter quand un individu sauta prestement sur l'estrade. Elle crut que son cœur allait s'arrêter tant elle était inquiète, et de cet homme et de ses possibles intentions. Un nouveau regard pour observer son père et sa satisfaction bien visible sur son visage, ses poings se serrèrent imperceptiblement sur les jupes de sa robe.
Les soldats se précipitèrent autour du roi pensant visiblement à un intrus, mais la reine fut plus rapide et les rassura sur l'identité de ce personnage : son cousin visiblement...
La Stormrage ferma les yeux et poussa doucement un soupir observant tout un chacun avec une grande attention sans piper mot. Elle sentait que quelque chose ne tournait pas rond... Pourquoi ce cousin, visiblement disparu depuis un certain temps aurait atterri de manière aussi acrobatique sur l'estrade si tout se passait parfaitement bien. Cellie tourna son regard vers son souverain, qui semblait regarder si tout le monde était présent autour de lui. Concentres-toi sur ta survie pauvre idiot pensait elle sans même oser le dire.

La jeune fille respirait profondément tentant de calmer comme elle le pouvait les palpitations de son cœur essayant de se convaincre que tout irait pour le mieux. Le combat qui avait cessé, reprit à la demande d'Halbarad, les premiers coups fusaient entre les deux combattants, vague représentation par rapport à ce qu'il se déroulait en arrière-plan sans que Cellie elle-même n'y prête attention.
Des cris commencèrent à fuser sur l'estrade, des dames de compagnie effrayées et des soldats glapissant leurs ordres, la Stormrage tourna la tête doucement imaginant le pire, et en effet, ce qu'elle craignait arriva. Une arme pointée sur sa gorge, Halbarad était en mauvaise posture et Cellie s'empressait de mémoriser le visage de son amie avant qu'il ne trépasse. Un mouvement vif de la part de Dezial changea la donne, une dague finit bientôt dans son corps éliminant ainsi l'assassin et sauvant son ami de toujours.
La blonde se redressa comme toutes les dames autour d'elle et oubliant toute convenance s'écria.
« Halbarad ! » Son regard se dirigea ostensiblement vers son géniteur, un regard noir et accusateur. Cela n'était peut-être pas de son fait, mais cela n'empêchait pas la demoiselle d'avoir d'énormes soupçons. Une seule chose était vraie. En ce jour, on avait tenté d'assassiner le roi... Elle venait de réaliser qu'elle avait failli perdre son ami pour les ambitions de quelques-uns. Tout avait décidément bien changé...
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe justice
ɤ REGISTRATION : 15/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 1043
ɤ STATUT DU SANG : Bâtard
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : En Medraven au sein de la cité d'Elaven
ɤ METIER OU FONCTION : Officiellement, maître d'armes à Aubétoile, officieusement il est membre du conseil des Sombrelames.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Lun 24 Fév - 20:11

« L'arrivée en fanfare d'Adrian fut au centre de l'attention de tous et de toutes. Certains en furent offusqués, certains amusés, et d'autres … Inquiétés. Dezial, bien sûr en faisait partie, lui qui connaissait son cousin mieux que quiconque, qui connaissait quelques uns de ces secrets inavouables. Le savoir ici, arrivant d'une telle façon directement sur l'estrade était de mauvaise augure. Il avait dû remarquer quelque chose et voulait l'en empêcher, mais, impossible de parler dans de telles circonstances. Hedwige, la belle Hedwige, elle aussi avait remarqué quelque chose, ou du moins, son maître avait lu dans ses yeux que la cavalière avait compris quelque chose sur le nouvel arrivant. Quelque chose d'étrange était né dans ses yeux, une sorte de … De peur. Sans doutes avait-elle compris les capacités réelles de l'homme, comparables à celle de son champion. Sans doutes aussi avait elle compris l'écart qu'il y avait entre elle et lui, se résignant ainsi à baisser son arme. Dame Cellie aussi sembla suspecter quelque chose, comme cherchant quelque chose dans la foule.

Il y eut aussi une personne qui s'extasia de cette arrivée, il s'agissait de la princesse Euphemia qui venait de reconnaître son sauveur de quelques années auparavant. La jeune femme avait déjà questionné son oncle sur cet inconnu qui semblait disposer de capacités semblables aux siennes, mais, le maître d'armes préféra se taire. Alors que le « preux chevalier » affirma être l'homme en question, Dezial renchérit.

« Hé bien, ma très chère nièce, vous avez l’œil en plus d'une mémoire formidable. J'espère que vous me pardonnerez pour vous avoir caché la vérité, il me semblait préférable que la vérité se sache en face à face. »
Il sourit tendrement avant d'écouter le verdict du roi : le tournoi pouvait recommencer. Malheureusement, les « réjouissances » ne furent que de courte durée. En effet, une ombre se faufila à l'abri des regards, tuant des gardes avant d'effrayer l'estrade. Le maître fut alarmé et comprit très vite ce qu'il se passait, empoignant un couteau, il le tira instinctivement. Son expérience et son habilité lui permettait de passer outre les « calculs » de vitesse, de temps et de distance, son corps agissait par lui seul, faisant ainsi mouche. L'assassin avait pour cible le roi, malheureusement pour lui, son oncle ne laisserait jamais faire cela. Alors que la lame s'approchait du jeune adolescent, un couteau vint déchirer la gorge de l'assaillant le stoppant net dans sa course pour le faire tomber au sol dans un dernier râle avant de s'éteindre. Des cris furent émis de part et d'autre, tandis que le héros du jour venait de monter debout sur la scelle de son cheval avant de rejoindre, d'un bond, l'estrade, montrant par la même occasion une agilité tout autant remarquable que celle de son cher cousin. Ses premiers mots furent, bien évidement pour son roi.

« Mon seigneur ! Vous-a-t-il blessé ? Allez-vous bien ? »

Après s'être assuré que tout allait bien, son regard se tourna, vers Hedwige, espérant percevoir dans ses yeux une lueur. Un soulagement, de la fierté, ou quelque chose d'autre. Après s'être interrogé sur la raison qui le poussait à chercher pareille lueur, le combattant s'agenouilla auprès de la dépouille, ôta son masque, avant d'avoir un mouvement de recul. Cet homme, il le connaissait. Zendel, un membre du Conseil des Sombrelame disparu depuis des mois. Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi le roi ? L'esprit de Dezial tourna à plein régime pour trouver une idée, une solution à tout cela. Son regard se tourna instinctivement vers celui qui était sans l'ombre d'un doute à l'origine de tout cela, avant de sourire grandement. Se relevant, l'homme le présenta, mentant sur certaines parties. La présence de son cousin allait sans doutes faciliter les choses, il ne restait qu'à espérer que ce dernier comprenne ce qu'il essayait de faire.

« Je … Je connais cet homme. Il y a quelques années, alors que je voyageais avec Adrian, nous avons rencontré cet homme. Il disait se nommer Zendel, je … N'ai jamais su si s'était un vrai ou non, et encore moins s'il avait un quelconque nom de famille. Il se disait pourchassé par des Sombrelames. Je n'y ai pas cru, jusqu'à le voir se défendre contre un des leurs, et … Leurs mouvements n'avaient plus rien d'humain. Je … Je n'aurais fait le poids contre aucun des deux. Cet homme abattit son poursuivant. Quelques jours plus tard un autre Sombrelame fit son apparition, recherchant ce … Zendel. Il nous expliqua alors pourchasser un traître voulant nuire à leur guilde. J'ignore les raisons de tout cela, mais … N'est-il pas meilleure attaque à une guilde d'assassin que de se faire passer pour eux et d'attaquer le roi ? Cela dit, je ne suis pas en mesure d'affirmer que cette attaque avait pour seul but de discréditer ces derniers. La vie de notre roi est peut-être encore en danger. Nous devons doubler … Non, tripler la garde rapprochée de la famille royale. Et peut-être serait-il sage de contacter les Sombrelames ? Peut-être auront-ils des informations pour nous.  »

Peut-être en avait-il trop fait ? Peut-être pas assez … Il espérait seulement que ce mensonge serait avalé par tous. Vu la situation, si le monde se focalisait sur les Sombrelames, le tout serait encore plus difficile, et, la Main du roi gagnerait en puissance. Il fallait à tout prix éviter cela. Suite à cela, Dezial fit quelques pas en direction de son cousin et lui murmura quelques mots en un souffle.

« Réunis le Conseil. »

Sans s'arrêter il ramassa l'arme de l'assassin quelques pas plus loin, trouvant là une excuse pour se déplacement. En revenant, il murmura quelques mots à Hedwige, toujours de la même façon.

« Je t'expliquerai. »

Puis, de nouveau à côté de la dépouille il ausculta l'arme, la regardant au soleil avant de la renifler.

« Je ne suis pas un expert, mais, il me semble que la moindre entaille avec ce genre de poison peut entraîner une mort certaine et douloureuse. Êtes vous sûr de ne pas avoir été blessé ? »

Se rapprochant à nouveau de son neveu, il le regarda de plus près afin d'en être certain. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarhalbarad
ɤ REGISTRATION : 13/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 1196
ɤ STATUT DU SANG : un sang aussi pur et royal que le cristal.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : les étendues ensoleillées de cahordie, la contrée et des rois.
ɤ METIER OU FONCTION : jeune roi, marionnette favorite d'un peuple qui attend beaucoup de lui.
ɤ INVENTAIRE : l'épée des hammer accrochée à la ceinture • un poignard caché dans chacune de ses bottes • la couronne sur sa tête et des fourrures sur ses épaules.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Lun 24 Fév - 22:51

the king's tournament
A MES FRÈRES ET SŒURS DE KAHANOR

 

 
Alors que son attention était obstinément tournée vers le Tournoi, Halbarad sentit l’anxiété augmenter de minute en minute. Peut-être pas assez cependant pour s’attendre à ce que sa vie ne tienne plus qu’à un fil. En effet, tout se passa très vite. Il regarda avec effroi son oncle Dezial  lancer quelque chose dans sa direction, un poignard. Son cœur rata un battement lorsqu’un corps tomba lourdement à leurs côtés et il écarquilla les yeux en se relevant rapidement. Ce fut la panique ; il avait failli y passer et les gardes se bousculaient pour se regrouper autour de lui dans une cacophonie immonde qui lui faisait tourner la tête et donnait la nausée. Halbarad avait la désagréable sensation de n’avoir contrôle sur rien. On cria son nom et il tourna vivement la tête vers celle dont il aurait reconnu la voix entre mille, terrifié à l’idée qu’elle ait pu être blessée. « Cellie … » souffla-t-il. Mais non, elle semblait aller bien. Dezial accourut alors vers eux et lui fonça dessus. Les gardes s’écartèrent un peu pour le laisser passer, lui qui venait de sauver la vie du Roi. « Mon seigneur ! Vous-a-t-il blessé ? Allez-vous bien ? » Halbarad acquiesça, tentant de contenir son angoisse et ses jambes qui menaçaient de se dérober sous son corps. « Je n’ai rien, je … Tout va bien. Merci mon Oncle. » dit-il faiblement. Halbarad garda le silence, yeux rivés vers Dezial qui s’accroupit à côté du cadavre et raconta ce qu’il savait de l’homme, dont il ne pouvait détacher les yeux. « Je … Je connais cet homme. Il y a quelques années, alors que je voyageais avec Adrian, nous avons rencontré cet homme. Il disait se nommer Zendel, je … N'ai jamais su si s'était un vrai ou non, et encore moins s'il avait un quelconque nom de famille. Il se disait pourchassé par des Sombrelames. Je n'y ai pas cru, jusqu'à le voir se défendre contre un des leurs, et … Leurs mouvements n'avaient plus rien d'humain. Je … Je n'aurais fait le poids contre aucun des deux. Cet homme abattit son poursuivant. Quelques jours plus tard un autre Sombrelame fit son apparition, recherchant ce … Zendel. Il nous expliqua alors pourchasser un traître voulant nuire à leur guilde. J'ignore les raisons de tout cela, mais … N'est-il pas meilleure attaque à une guilde d'assassin que de se faire passer pour eux et d'attaquer le roi ? Cela dit, je ne suis pas en mesure d'affirmer que cette attaque avait pour seul but de discréditer ces derniers. La vie de notre roi est peut-être encore en danger. Nous devons doubler … Non, tripler la garde rapprochée de la famille royale. Et peut-être serait-il sage de contacter les Sombrelames ? Peut-être auront-ils des informations pour nous.  » Un Sombrelame. « Nous le ferons dès ce soir. » Jusqu’à maintenant, Halbarad n’avait que peu porté attention à cette guilde qui servait davantage la royauté qu’elle n’était un ennemi pour eux. Les paroles de Dezial le réconfortèrent un peu, mais il devait rester prudent quant à cette guilde dont les membres étaient bien trop dangereux pour qu’il les ignore, à présent. Il serra les dents et plongea son regard dans celui de son Oncle quand il se releva pour s’approcher de lui. « Je ne suis pas un expert, mais, il me semble que la moindre entaille avec ce genre de poison peut entraîner une mort certaine et douloureuse. Êtes-vous sûr de ne pas avoir été blessé ? » Il avala sa salive avec difficulté et posa instinctivement ses doigts sur sa gorge, craignant d’avoir ne serait-ce qu’une minuscule entaille, avant de secouer la tête. « Ça va, je vous assure. Votre adresse et votre rapidité m’ont sauvé la vie et je ne sais comment vous remercier. » Halbarad se tourna vers les autres, observant les visages surpris. Il se dégagea du mur que formaient les gardes qui le suivirent quand même, refusant de lui lâcher les semelles et Halbarad se planta aux côtés d’Alceste qui avait été bien loin d’eux mais qui aurait pu être blessée sans que quiconque ne s’en aperçoive. « Vous n’avez rien ? Je suis navré, si nous avions su ce qu’il se passerait … Je vous ai mise en danger aujourd’hui, veuillez m’en excuser. » Il serra un instant sa main dans la sienne et la relâcha. Halbarad tourna la tête vers sa sœur et sa mère, vers Aurore, vers Cellie, vers les combattants, Phineas, vers Màebh, Hedwige et Adrian, vers Lyana et Rozala. « Personne d’autre n’a été blessé ? » Ce Tournoi était définitivement un échec lamentable. Son cœur tambourinait dans sa poitrine ; il n’arrivait pas à comprendre ce qu’il avait pu faire pour qu’on veuille porter atteinte à sa vie. Et sans Dezial, sa vie lui aurait été arrachée bien vite.  Une horrible envie de hurler et d'être seul s'emparait de lui, mais il allait s'occuper des siens d'abord.
 
Codes par Wild Hunger.

________________________

reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe justice
ɤ REGISTRATION : 14/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 278
ɤ STATUT DU SANG : noble.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : alcahar.
ɤ METIER OU FONCTION : capitaine des Cavaliers Verts.
ɤ INVENTAIRE : outre les possessions coutumières d'un Cavalier Vert, à savoir sa broche, une bourse d'argent et une paire de gants en cuir, Hedwige porte une longue épée dans un fourreau suspendu en travers de son dos ainsi que deux dagues jumelles soigneusement rangées dans des étuis attachés à ses cuisses. elle privilégie les tenues en cuir, agrémentées de capes en fourrure de renard - elle en garde une précieusement, en fourrure de loup géant, qu'elle tient de son défunt père et qu'elle ne sort que par grand froid.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mar 25 Fév - 18:06


the king's tournament
ɤ

Malgré toutes les bonnes intentions de la Capitaine, le pire se produisit. Alors qu’elle terminait d’échanger quelques mots avec le Maître Sombrelame, plusieurs Armes jaillirent sur l’estrade. Elle identifia rapidement l’ombre que les gardes poursuivaient, mais fut parfaitement incapable d’agir à temps. L’éclat du poignard brilla un éphémère instant, d’une beauté presque irréelle, avant qu’une autre lame ne surgisse du néant pour l’intercepter. Elle ignorait qui venait de sauver la vie du Roi, elle ignorait s’il s’agissait d’Adrian ou même de Dezial, et à vrai dire elle n’était pas capable d’y réfléchir posément. Halbarad avait failli mourir, il aurait suffi d’une poignée de secondes de plus pour que sa vie soit écourtée. Elle se sentait responsable, elle n’avait pas été capable d’assurer sa défense… Mais qui pouvait clairement faire le poids face à un Sombrelame ? Leurs techniques et leur savoir-faire dépassait l’entendement de bien des guerriers, ce n’était pas pour rien qu’on les soupçonnait parfois de faire usage de la magie et qu’ils étaient autant craints par le peuple. Les doigts crispés sur le cuir recouvrant ses cuisses, Hedwige était restée figée jusqu’à l’arrivée du maître d’armes auprès de la famille royale. Ses questions réveillèrent en elle l’inquiétude qui la dévorait et elle s’approcha, la démarche hésitante et le regard vidé de toute substance. Après avoir examiné le corps, Dezial se lança dans une explication bien ficelée sur la probable identité de l’homme, mais elle ne mordit pas à l’hameçon. Elle n’était plus dupe. Ses doutes se confirmèrent au passage du guerrier qui murmura à son attention un : « Je t’expliquerai. » lourd de sens.


Elle se sentait
mal à l'aise,
plus qu'elle
ne l'avait jamais été
de toute sa vie.

Elle se sentait mal à l’aise, plus qu’elle ne l’avait jamais été dans toute sa vie. Elle avait échoué dans sa fonction, elle n’avait pas été capable de protéger le Roi. Et même si elle n’était pas entièrement en colère contre elle – après tout, il s’agissait de Sombrelames – elle ne pouvait pas s’empêcher de se blâmer pour sa faute. Le reste de sa rage coupable était dirigée vers les membres de cette Guilde secrète, accompagnée d’une mordante envie de leur faire payer cet affront. Dezial lui avait pourtant expliqué que les siens ne tuaient que pour maintenir l’équilibre, non ? Alors pourquoi cette attaque ? Pourquoi contre leur seigneur ? Halbarad Ier avait été assassiné avec beaucoup de discrétion, ce qui ne faisait que rendre l’attaque du Sombrelame encore plus impressionnante. Ce n’était pas logique. « Personne d’autre n’a été blessé ? » La voix du roi la tira de ses geôles psychologiques. Elle porta ses prunelles claires jusqu’à sa silhouette, impressionnée par le calme qu’il s’efforçait de transmettre autour de lui alors qu’il était évident qu’il n’allait pas mieux que le reste de la noblesse. Ne souhaitant pas davantage attirer l’attention sur lui, elle se contenta de s’approcher dès qu’il s’éloigna un peu d’Alceste et plongea son regard dans le sien. Cela faisait bien longtemps qu’ils n’avaient pas eu le loisir de discuter, le petit prince lui manquait et l’homme qu’elle contemplait aujourd’hui n’avait de cesse de lui rappeler le jeune garçon qu’elle avait taquiné sur ses compétences à l’épée. « Halbarad, je… » Elle se reprit. « Sire, je suis désolée. J’aurais dû voir quelque chose, être plus présente. J’aurais dû faire quelque chose et je… J’ai échoué. Cela n’arrivera plus, je vous le promets. » Les mots étaient solennels, autant que le ton était sérieux. Après une dernière œillade au roi, elle s’effaça pour le laisser rejoindre les siens et évita consciencieusement de croiser le regard de la reine, de la princesse, de Cellie, de toutes les autres personnes présentes. Elle ne fit que poser des prunelles brûlantes sur Dezial, lui transmettant en pensée tout son besoin de se lancer dans l’entraînement dès que possible. Tu me montreras comment faire. Et je ne laisserais plus personne s’approcher de lui. Tu le feras, parce que tu l’as promis.

________________________


And my heart is the heart of a life.
For the devil to dance again,
And the room is too quiet.

I was looking for the breath of a life.
A little touch of a heavenly life,
But all the choirs in my head say no, oh oh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe emperor
ɤ REGISTRATION : 02/01/2014
ɤ PARCHEMINS : 682
ɤ STATUT DU SANG : Royale, son père était feu le Roi Halbarad I.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : La Cahoridie, la contrée des Rois.
ɤ METIER OU FONCTION : Princesse de Kahanor, qui cherche à évoluer pour aider le Roi, son frère.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mar 25 Fév - 20:08

The King's Tournament
Intrigue

Le calme à peine revenu qu'une tempête surgit de nouveau, une tempête bien plus violente que la tornade Adrian, et qui allait sans doute faire plus de dégâts encore sur Kanahor. Des cris, le crissement bien distinct des lames sortant de leurs fourreaux, et une ombre qui jaillit de nulle part, prête à atteindre le cou royal, le cou de mon frère. Aucun son ne sortit de mes lèvres, complètement figée, j'avais les yeux rivés sur cette lame mortelle. Je n'étais qu'une spectatrice inutile, un décor de cette estrade. À cet instant, je crus mourir, pour ressusciter de nouveau quand un poignard volant se logea dans la chair de cet assassin. Son sang gicla, et des gouttes de ce liquide visqueux et chaud entachèrent la porcelaine de mon visage. Mes doigts tremblants, touchèrent ce sang, et instinctivement mes yeux cherchèrent Halbarad. 'Qu'il n'est rien, qu'il n'est rien, qu'il n'est rien » Me répétais-je. Une peur terrible m'entravait, si bien que j'avais du mal à respirer. J'avais déjà perdu un père, mon seul père, et je ne voulais pas perdre mon unique frère. « Je n'ai rien, je ... Tout va bien. Merci mon Oncle. » Énième soulagement. Respirant de nouveau, je fis abstraction de tout ce chahut agrippé fermement à ma chaise, n'écoutant pas les explications de mon oncle sur le pourquoi du comment. Je m'en contrefichais. « Personne d'autre n'a été blessé ? » Occupe-toi d'abord de toi, crétin ! Qui avait fait ça ? Pourquoi ? Les Hammer étaient loin d'être des tyrans, mon père avait été un roi juste et mon frère emprunter le même chemin. Alors pourquoi on s'obstinait à nous faire du mal ? Pourquoi ? Mon visage se tourna sur le seul homme qui était coupable pour moi. Phinéas. Regard noir, mes poings se fermèrent violemment sur ma robe, tellement fort que j'y avais laissé des plis. Il était calme, trop calme, toujours calme ! Et ce sourire ... Enlevant une de mes broches à cheveux, je l'empoignais si fort, que ma main saignait, mais je ne m'en rendis pas compte. Les émotions me submergeaient. Me levant finalement grâce à une poussée d'adrénaline, je profitais de l'agitation, non pas pour prendre tendrement dans mes bras le Roi, mais pour me glisser dans le dos du vieil homme. Fixant obstinément cette gorge si fragile qui d'un coup de broche bien placé pouvait s'éteindre en un instant, et à tout jamais. Pour la première fois, je ressentis une envie meurtrière. Prendre une vie pour protéger ma famille. Planter profondément le bout pointu dans sa chaire, et que son sang souille sa peau, ses vêtements, le sol et ma main ... C'était mon dessein.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-k.forumactif.org/t418-euphemia-e-hammer-winter-i
avatarthe emperor
ɤ REGISTRATION : 25/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 294
ɤ STATUT DU SANG : Noble.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Forteterre.
ɤ METIER OU FONCTION : Régente des terres des Blackwood.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mar 25 Fév - 20:34

C'est une histoire de boîtes. Vous les remplissez les unes après les autres, avant de toutes les enterrer en priant pour que plus personne n'y pense ; pour que tout le monde les oublie. Seulement ce n'est là qu'une illusion, vous avez beau avoir cachez les boîtes, et faire comme si elles n'existaient plus , elles finissent toujours par remonter à la surface. Trouvant toujours le pire moment dans votre vie pour s'ouvrir et venir vous prendre à la gorge, vous faisant tomber de votre piédestal sans que vous ayez pu, à un seul moment, vous rendez compte du périlleux de la situation. Tout s'ébranle, et vous ne pouvez plus compter que sur votre entourage pour vous rattraper. En politique, c'est à peu près pareil, tout le monde souris, se montre avenant et parfaitement discipliné ; cachant ainsi toute l'animosité latente qui peut exister. Il suffit alors de peu, juste un prétexte pour que tout s’accélère, pour que tout prenne forme et que le discrédit sois lancer. Ainsi avec cette simple attaque venue de nul part, on défiait ouvertement le roi, remettant en cause son pouvoir autant que son autorité

Désormais la machine était lancée ; les rouages, les uns après les autres, allaient s'enclencher faisant gonfler encore et encore le doute dans les esprits. C'était peut être ça la manœuvre la plus intelligente, non pas de se confronter directement au roi, mais de lancer une guerre bien plus psychologique. Retourner le peuple contre un roi faible. Jeter à la face du monde qu'il n'avait pas les capacités pour gouverner et fédérer un pays aussi vaste que celui dont il faisait figure de proue. Et Alceste faisait parti de ces gens qui, plein de réserves, pouvaient se trouver enclin aux doutes, des doutes qui prendraient avec le temps bien plus de place encore. Combien étaient comme elle ? Combien avaient juger la scène déplorable et d'une stupidité sans borne ? Il pouvait bien se montrer grand ce petit roi, tenter de faire bonne figure face à une foule qui murmurait déjà les fondement de la rumeur, demander à quiconque et surtout à elle, si elle allait bien ; mais les illusions s'étaient brisées.

Mille morceaux qui ne pouvaient être recollés si ce n'était pas des œuvres d'une virtuosité et d'un courage que l'on ne pourrait jamais remettre en cause. Seulement, aux yeux d'Alceste, le roi restait horriblement trop jeune. Le monde s'était déchiré entre les partisans de sa jeunesse et ceux qui redoutaient d'être mené à leur perte par un souverain qui n'avait jamais vraiment soutenu une épée durant un combat ; et après cet événement il n'y avait pas à en douter la folie de ce désaccord n'allait en être que plus exacerbée. Ainsi, elle s'était levée, calmement et plus hautaine que jamais. S'avançant vers le centre de l'attention, jetant un regard sur le cadavre ainsi étendu sur le sol, se vidant petit à petit de son sang. Dans d'autres circonstances, elle aurait applaudit l'exploit, mais il n'était plus temps aux réjouissances, et elle craignait même de ne pouvoir trouver l'aide escomptée dans ces contrées. Un pas de plus et elle entrée dans le cercle très fermé du roi, ses mains entremêlées devant elle, se courbant légèrement comme le souhaitait l'étiquette. « Votre majesté, je crains que ses heures sombres ne soient plus de l'ordre des festivités. Permettez moi de me retirer. ». Le plus vite serait le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe hermit
ɤ REGISTRATION : 14/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 244
ɤ STATUT DU SANG : Bâtard d'un noble
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Medraven
ɤ METIER OU FONCTION : Maître au Conseil de la guilde des Sombrelames.
ɤ INVENTAIRE : Une pierre à affûter, assez de pièces d'argent pour passer une semaine dans une auberge correcte...

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mer 26 Fév - 1:07

Faisant tourner la lame que Dezial m’a donné entre mes doigts, je laisse mon regard se porter sur le combat qui vient de reprendre tout en gardant mes sens en éveil. Il va frapper, c’est certain. La seule question est quand ?
Soudain un hurlement se fait entendre du côté des Armes alors qu’une silhouette se jette sur l’estrade avant de se diriger vers le roi. Je m’écarte rapidement de Hedwige, près à me servir de mon arme si le besoin se fait sentir mais Dezial est plus rapide. Du coin de l’oeil je le vois lancer l’un de ses couteaux qui fend l’air en sifflant avant d’aller se ficher dans la gorge du Sombrelame.
Je pousse un soupire de soulagement et rengaine ma propre lame avant de me diriger vers le cadavre autour duquel les Armes ont déjà formé un cercle.  

Je m’agenouille aux côtés de mon cousin après lui avoir une tape amicale sur l’épaule. « Joli lancé. » J’observe le cadavre et sens mon coeur manquer un battement lorsque je reconnais l’homme qui est étendu au sol. Alors j’avais raison. Il s’agissait bien d’un de mes pairs, mais de là à imaginer qu’il s’agirait d’un membre du conseil ? Je plonge mon regard dans ses yeux vitreux avant de lui fermer les paupières et de me relever pour m’éloigner de quelques pas.

Pourquoi ? Pourquoi Zendel aurait-il attaqué le roi ? Ca n’a aucun sens ! Il a toujours été de notre côté à Dezial et moi. Jamais il n’aurait entreprit d’assassiner un membre de la famille royale. Je me masse les paupières et secoue doucement la tête. Et moi qui espérais passer tranquillement  un peu de temps à Aubétoile…  

Je suis tiré de mes pensées lorsque Dezial prend la parole. « Je … Je connais cet homme. Il y a quelques années, alors que je voyageais avec Adrian, nous avons rencontré cet homme. Il disait se nommer Zendel, je … N'ai jamais su si s'était un vrai ou non, et encore moins s'il avait un quelconque nom de famille. Il se disait pourchassé par des Sombrelames. Je n'y ai pas cru, jusqu'à le voir se défendre contre un des leurs, et … Leurs mouvements n'avaient plus rien d'humain. Je … Je n'aurais fait le poids contre aucun des deux. Cet homme abattit son poursuivant. Quelques jours plus tard un autre Sombrelame fit son apparition, recherchant ce … Zendel. Il nous expliqua alors pourchasser un traître voulant nuire à leur guilde. J'ignore les raisons de tout cela, mais … N'est-il pas meilleure attaque à une guilde d'assassin que de se faire passer pour eux et d'attaquer le roi ? Cela dit, je ne suis pas en mesure d'affirmer que cette attaque avait pour seul but de discréditer ces derniers. La vie de notre roi est peut-être encore en danger. Nous devons doubler … Non, tripler la garde rapprochée de la famille royale. Et peut-être serait-il sage de contacter les Sombrelames ? Peut-être auront-ils des informations pour nous.  » Je dois admettre que son explication est vraiment brillante. Il n’y a plus qu’à espérer qu’elle fonctionne. Ce serait vraiment problématique si nous devions entrer en guerre ouverte avec le royaume. M’avançant aux côtés de Dezial je prends à mon tour la parole, suivant ses explications. « Je ne peux que confirmer les dires de Dezial. Quelqu’un essaye de vous diriger vers les mauvais adversaires. Pour vous troubler, semer le chaos. » Je prends un instant pour observer le cadavre. Il a du être manipulé. Je ne vois pas d’autre explication. Mais par qui ? Qui aurait pu retourner un membre du conseil ? Mon regard s’assombrit en pensant à l’homme qui me semble être le plus à même de commettre ce forfait. Non… Ca ne correspond pas à ses objectifs. « Et je suis d’accord avec ses suggestions. Il faut entrer en contact avec les Sombrelames, ne serait ce que pour éviter une guerre ouverte. » J’incline brièvement la tête en direction de mes vis à vis et m’éloigne de l’attroupement.

Je me retourne vers Dezial quand celui ci se rapproche de moi avant d’écouter attentivement. « Réunis le Conseil. » Je hoche silencieusement la tête et me tourne vers la foule qui est à nouveau tournée vers l’estrade. Voilà qui va faire jaser dans les tavernes... Mon regard croise rapidement celui de Conrad qui s’est avancé jusqu’aux premiers rangs et je lui fait un bref signe de tête avant de me retourner vers les personnes encore présentes sur l’estrade.
Et maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarhalbarad
ɤ REGISTRATION : 13/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 1196
ɤ STATUT DU SANG : un sang aussi pur et royal que le cristal.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : les étendues ensoleillées de cahordie, la contrée et des rois.
ɤ METIER OU FONCTION : jeune roi, marionnette favorite d'un peuple qui attend beaucoup de lui.
ɤ INVENTAIRE : l'épée des hammer accrochée à la ceinture • un poignard caché dans chacune de ses bottes • la couronne sur sa tête et des fourrures sur ses épaules.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mar 11 Mar - 0:46

the king's tournament
A MES FRÈRES ET SŒURS DE KAHANOR

 

 
« Halbarad, je… Sire, je suis désolée. J’aurais dû voir quelque chose, être plus présente. J’aurais dû faire quelque chose et je… J’ai échoué. Cela n’arrivera plus, je vous le promets. » Halbarad secoua la tête en signe de négation. « Aucun mal n’a été fait, lady Tarly. Vous n’avez pas à vous en blâmer, les Sombrelames sont connus pour leur agilité, leur discrétion et leur rapidité. Vous ne pouviez pas prévoir son attaque. » Le jeune Roi se jura d’avoir une discussion avec elle, le plus rapidement possible. Il la laissa s’éloigner tandis qu’Alceste s’approchait de nouveau de lui, légèrement courbée. « Votre majesté, je crains que ses heures sombres ne soient plus de l'ordre des festivités. Permettez-moi de me retirer. » Il s’humecta les lèvres et inspira une grande bouffée d’air, avant de tourner les yeux vers les Armes qui étaient restées postées un peu plus loin et ne l’encadraient pas. « Accompagnez Lady Blackwood à ses appartements. Assurez-vous qu’il ne lui arrive rien. Toutefois, chère Alceste, veuillez rester au Château. Ne le quittez pas ce soir. » Ils s’exécutèrent et Halbarad soupira, suivant des yeux la jeune femme dont l’empressement à se retirer l’étonna presque, malgré le peu de plaisir que chacun trouvait encore en l’actuel état des choses. Ce fut au tour d’Adrian d’intervenir : « Je ne peux que confirmer les dires de Dezial. Quelqu’un essaye de vous diriger vers les mauvais adversaires. Pour vous troubler, semer le chaos ? Et je suis d’accord avec ses suggestions. Il faut entrer en contact avec les Sombrelames, ne serait-ce que pour éviter une guerre ouverte. » Le Roi acquiesça, tendu. Une guerre avec les plus grands assassins de Kahanor n’avait rien de réjouissant, ni de rassurant. Si jusqu’à maintenant il n’avait accordé que guère d’importance à l’existence de leur guilde, il se rendait à présent compte avec violence du danger qu’ils représentaient, pour les siens et pour le peuple. « Et nous le ferons. Je vous laisse le champ libre pour les contacter et obtenir des informations, cependant je vous serais gré de m’annoncer tout ce que vous apprenez et ce au plus vite. Par ailleurs, si l’un des maîtres de la guilde acceptait de venir au palais … » Il se tut, son regard étant attiré par Euphemia qui était en train de commettre l’impensable. Comme personne ne semblait l’avoir vu, elle était à deux doigts d’atteindre un but sombre qu’il ne pouvait accepter. Il s’approcha d’elle et la serra contre lui, masquant ainsi la broche  qui déchira un peu les fourrures, au niveau de son torse. « Qu’est-ce qui te prend ma sœur ? » souffla-t-il afin qu’elle soit la seule à l’entendre, sévère, avant de lui arracher l’accessoire des mains et de la relâcher.  
 
Codes par Wild Hunger.

________________________

reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe emperor
ɤ REGISTRATION : 01/01/2014
ɤ PARCHEMINS : 137
ɤ STATUT DU SANG : noble.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : medraven.
ɤ METIER OU FONCTION : seigneur d'elaven, et de medraven.
ɤ INVENTAIRE : en plus de son épée et de son poignard, il possède un arc, et un faucon, pour la chasse. Son étalon s'appelle Seigneur -original non?-.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Mer 12 Mar - 19:24

Tout s'était déroulé si vite. Tellement vite. Aerendel était resté à sa place, à l'arrière du terrain, le regard fixé sur son frère qui s'éloignait vers les membres de leur famille. Il y avait eu du mouvement lorsqu'Adrian Rivers, un cousin, était venu dans la tribune royale sans y être autorisé. Cela avait fait sourire le seigneur de Medraven qui s'était adossé à une clôture en ne perdant pas une miette du spectacle, même si son attention était plutôt arrivée par Alceste.
Il allait finir par se rendre idiot à force de penser à elle aussi décida t-il d'observer.
Aerendel se retourna ensuite vers son cheval, commençant à s'ennuyer, il flatta l'étalon et vérifia tous les harnachements pour les épreuves à suivre, car il ne doutait pas de se qualifier.
Un autre mouvement de panique attira l'attention d'Aerendel qui vit les gardes s'agiter. Il fronça les sourcils, quelque chose n'allait pas. Et soudain, tout fut fini lorsque la lame de Dezial transperça la gorge de l'Assassin. Comment diable son frère avait-il réussi à viser dans cette pagaille ? Et aussi rapidement ? Aerendel s'élança vers l'estrade, maudissant de toutes ses forces l'armure qui l'empêchait de progresser rapidement avant de s'arrêter bêtement. Que dire ? Que faire ? Son neveu semblait avoir la situation en main. Aerendel sentit l'admiration l'envahir quand à la réaction qu'il avait eu. Une réaction digne d'un Roi. Digne d'un homme.
La femme qui occupait ses pensées s'approcha d'Halbarad et demanda la permission de se retirer, froide, et hautaine. Mais il en fallait bien plus pour refroidir Aerendel qui ne pouvait s'empêcher de la dévorer des yeux maintenant qu'elle était plus proche de lui. Il se sentait coupable -un tout petit peu- de penser à une jeune femme après la tentative d'assassinat que venait de subir son neveu mais... c'était l'occasion. . « Accompagnez Lady Blackwood à ses appartements. Assurez-vous qu’il ne lui arrive rien. Toutefois, chère Alceste, veuillez rester au Château. Ne le quittez pas ce soir. »  répondit son neveu.

«  Inutile !  » lança Aerendel d'une voix forte en écartant sans ménagement les badauds qui se pressaient autour du cercle formé. «  Je me charge de raccompagner lady Alceste.  » en lui tendant le bras. Il voulut se retourner vers Halbarad, lui dire que les hommes qu'ils avaient emmenés avec lui de Medraven étaient à lui, mais il s'était déjà détourné vers Euphemia. Sans perdre de temps, et sans saluer ni sa nièce, ni sa sœur, qu'il ne repéra d'ailleurs pas, Aerendel entraîna la jeune femme à l'écart du cercle avant de dire «  Acceptez-vous que je vous raccompagne ?  » demanda t-il, même si c'était un peu tard étant donné qu'il s'était imposé. Et puis plus tard, il s'informerait sur ce qu'il venait de se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarthe emperor
ɤ REGISTRATION : 02/01/2014
ɤ PARCHEMINS : 682
ɤ STATUT DU SANG : Royale, son père était feu le Roi Halbarad I.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : La Cahoridie, la contrée des Rois.
ɤ METIER OU FONCTION : Princesse de Kahanor, qui cherche à évoluer pour aider le Roi, son frère.

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Jeu 13 Mar - 15:31

The King's Tournament
Intrigue

Cette envie meurtrière ne fit qu'accroitre au fur et à mesure que mes pas m'amenèrent vers ce vil personnage. Je voulais lui prendre la vie, lui couper le souffle pour l'éternité et qu'il laisse enfin ma famille tranquille. Car pour moi, il n'y avait aucun doute, c'était lui. Ma main assassine était crispée, empoignant cette broche avec force. J'étais déterminée à tuer. Sensation étrange, qui saisissait tout mon être si bien que j'en tremblais un peu. Et prête à passer à l'acte, quelqu'un m'arrêta subitement dans mon sombre dessein. Halbarad. Gêneur ou sauveur moral, il me prit dans ses bras ce qui me calma tout de suite. Cachant ainsi mon arme, elle se logea vicieusement dans ses fourrures pour les lui déchirer. « Qu'est-ce qui te prend ma sœur ? » Simples murmures, mais d'une sévérité certaine. Toujours tremblante, mon visage vint se loger dans son cou pour me calmer. M'arrachant finalement cette broche qui faillit se retrouver recouverte de sang Strormrage, il finit par s'écarter. Les deux bleu azur se regardèrent avec tant d'intensité qu'on aurait pu croire qu'ils avaient voulu se mélanger. Regard si semblable, l'un dur, l'autre ayant des envies de meurtre. « Une envie subite de nettoyer mon frère ... » Regardant du coin de l'œil le vieux noble, mes mains s'agrippèrent de nouveau à ma robe. J'avais eu l'envie de le tuer. Non, j'ai voulu le tuer, et j'avais failli le faire. Acte immoral ou non, j'étais coupable, acceptant d'être un assassin. Et le regard de mon frère signifiait que j'allais devoir rendre des comptes à celui-ci. N'osant regarder dans la direction de la Reine, j'espérais qu'elle n'ait rien vu. Je préférais faire face à la colère du Roi qu'à la colère d'une mère ...

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-k.forumactif.org/t418-euphemia-e-hammer-winter-i
avatarthe emperor
ɤ REGISTRATION : 13/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 434
ɤ STATUT DU SANG : Membre de la famille royale, fille aînée des Tilney
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Elaven, siège des Tilney (Medraven)
ɤ METIER OU FONCTION : Reine régente du royaume

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Dim 6 Avr - 1:06

Il constata que la mort de cet amer contempteur de la vie ne dérangeait pas l'écoulement du fleuve de la vie, où passent, telles des nuées de poussière, des hommes et des femmes qui tournoient et se bousculent comme des poupées de liège tout juste lestées d'assez de plomb pour rester dans leur posture fièrement verticale.
― VICTOIRE {Joseph Conrad}


The king's tournament

Son coeur se figea et se glaça dans sa poitrine alors que la réalité plombait son esprit de mauvais augures et de funestes raisonnements. Cette fois (pour une fois, corrigea cyniquement son esprit), les Trois avaient été cléments. Ils avaient permis que son enfant soit sauvé. Mais pour combien de temps encore ? Et Euphemia ? Lorsque son fils assura qu'il n'avait rien, pas même une égratinure, Eleonore tourna un regard angoissé vers son cadette et ne la trouva pas.

Entre ses côtes, son coeur se mit à battre avec la force d'un oiseau effrayé. Les paroles raisonnables de Dezial, les galanteries d'Aerendel ou le regard inquiet d'Alvin ... elle n'entendait plus ses frères, ni ne les voyait. Ses enfants, elle voulait ses enfants. Elle les voulait en sécurité, loin d'ici. Loin de cette cour hypocrite et assassine. Loin de lui.

    (eleonore) Euphemia, souffla-t-elle, et lorsqu'elle vit sa petite chérie quitter les bras de son frère, elle s'approcha pour la serrer contre elle : Tu n'as rien, n'est-ce pas ?

Ses paumes vinrent embrasser les joues de la jeune princesse alors qu'elle la détaillait avec inquiétude, inconsciente de la scène qui avait failli se jouer. Euphemia va bien, Halbarad n'a rien, tentait de raisonner son esprit mais son coeur ne pouvait que remercier (merci merci merci) et elle ne pouvait que serrer ses deux enfants dans son étreinte. Comme si cette expression physique de son attachement pouvait les protéger, tenir à distance toutes les menaces de mort et de douleur du monde. Comme si elle pouvait les garder près d'elle à jamais.

    (eleonore) Raccompagnez-nous au palais, ordonna-t-elle à la Garde d'une voix ferme - mais ses yeux suppliaient Halbarad de lui accorder cette faveur. Elle savait combien il voulait se montrer un Roi digne, fier et bon. Mais là, c'en était plus qu'elle ne pouvait supporter. Bien trop.



________________________

C'EST COMME DANS CES GRANDES HISTOIRES ●● Celles qui importaient vraiment, celles où il y avait dangers et ténèbres. Parfois, on ne voulait pas connaître la fin car elle ne pouvait pas être heureuse. Comment le monde pouvait-il redevenir comme il était avec tout ce qui s'y était passé ? Mais, en fin de compte, elle ne fait que passer cette ombre, même les ténèbres doivent passer. Un jour nouveau viendra et, lorsque le soleil brillera, il n'en sera que plus éclatant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-k.forumactif.org/t126-eleonore-ou-la-volonte-ne-
avatarthe death
ɤ REGISTRATION : 03/09/2013
ɤ PARCHEMINS : 465

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   Dim 6 Avr - 22:21


intrigue n°1 :
the king's tournament.


Halbarad II n'était pas blessé, cette tentative d'assassinat était un véritable échec, mais elle n'en demeurait pas moins inquiétante. Tous sentaient l'inquiétude les gagner. Qui avait tenté de faire une chose pareille ? Pourquoi un Sombrelame souhaiterait-il s'en prendre au jeune Roi ? Dezial avait-il raison, de supposer que tout ceci n'était qu'un coup monté visant à saboter la réputation de la guilde ? Mais après tout, n'étaient-ils pas des assassins ? Personne ne pouvait dire quelles étaient leurs réelles intentions. S'ils avaient toujours semblé vouloir faire régner une certaine justice, n'avaient-ils pas finalement décidé de changer de plans ? Des tas de questions tournaient dans les esprits des personnes présentes, brulaient les lèvres des plus curieux. Mais l'heure n'était pas à l'enquête. Halbarad II avait frôlé la mort et sans l'intervention de ses deux oncles, son cœur ne battrait peut-être plus à présent. Les festivités devaient être retardées, la priorité était de mettre le jeune homme en sécurité, de verrouiller tous les accès au palais et d'enquêter sur cette histoire, afin que cela ne se reproduise jamais.

———— ɤ ————

Merci d'avoir participé, nous espérons que vous vous êtes amusés et comptez sur nous pour vous faire vivre tout un tas d'aventures !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-k.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: — Intrigue N°1 : the king's tournament.   

Revenir en haut Aller en bas
 

— Intrigue N°1 : the king's tournament.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» World Tournament 2009 (Qualifications)
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» lion king spirit of war

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TALES OF KAHANOR. :: ADMINISTRATION. :: le vieux grimoire :: les pages d'histoire :: livre I :: intrigues n°1-