AccueilAccueil  Tumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 KYRA&ZYRA (+) we pretend to be strong because we are weak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarthe juggler
ɤ REGISTRATION : 19/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 509
ɤ STATUT DU SANG : bâtarde des Blackwood, on le reconnaît par la couleur de ses cheveux, noirs comme la nuit.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : à Forteterre, près de Pestebois plus précisément.
ɤ METIER OU FONCTION : tenancière de l'auberge La Nuit Blanche près de Pestebois et fugitive du Cercle.
ɤ INVENTAIRE : une dague noire comme la nuit qu'elle utilise pour sa magie du sang. Une longue épée qu'elle a volé à un Templier, seule arme pouvant la défendre contre ses derniers. Un petit portrait d'Alexander, son apprenti assassiné. Une bourse pleine de pièces d'or. Des herbes pour soigner... ou tuer en cas de besoin.

MessageSujet: KYRA&ZYRA (+) we pretend to be strong because we are weak   Mar 21 Jan - 6:15

We pretend to be strong because we are weak
zyra snow ∞ kyra blackwood

La capitale... Ville grandiose et toujours animée. Dans ses rues s'agitent les marchands, les voleurs maladroits et les gardes vigilants. Des petits, des grands. Des femmes et des hommes. Au milieu de la foule, se faufilait une silhouette encapuchonnée. Sous le voile noir qui couvrait sa tête, Zyra parcourait la ville pour rejoindre la Grande Porte. Son séjour à la capitale arrivait à sa fin. Elle y avait passé quelques jours pour aller rencontrer le jeune roi et assister au Tournoi en son honneur. Il n'y avait eu aucun incident. Personne ne l'avait reconnue, pas même Alceste, sa demi-sœur. Lors du tournoi, Zyra avait réussi à passer inaperçue même aux yeux de sa propre famille. Mais elle ne pouvait pas blâmer Alceste, cela faisait plus de quinze années qu'elles ne s'étaient pas vues. Ayant chacune emprunté un chemin différent. Zyra à la Tour du Cercle des Mages et Alceste sur les terres des Blackwood. La mage aurait voulu aller voir sa demi-sœur, la retrouver après toutes ses années, mais elle ne voulait pas non plus être reconnue. Alors, elle avait ravalé son désir et était restée seule. Maintenant, elle n'en pouvait plus, elle devait quitter la capitale. Retourner dans un lieu sûr, son auberge près de Pestebois. Les regards lourds, pesants et méfiants des gens autour d'elle l’angoissaient. Et si quelqu'un la reconnaissait? Et si ses secrets étaient dévoilés? C'est donc d'un pas rapide et pressé qu'elle finit par atteindre la Grande Porte. Le soleil était haut dans le ciel, les paysans accouraient en ville pour vendre leurs bétails ou leur blé. La mage se faisait bousculer et marcher sur les pieds, mais elle n'avait qu'une idée en tête ; quitter cette ville envahissante au plus vite.

Étant née dans le Nord et ayant grandi dans la Tour, la jeune femme n'était pas habituée à tant de gens. Elle préférait la quiétude... le calme. Dans cette ville, il était impossible de se sentir seule. Impossible de méditer, de réfléchir. Les bruits, les bousculades et l’odeur… Certes, cette ville était belle… une incroyable cité digne d’un roi, mais Zyra préférait la simplicité de sa terre natale et le calme des chambres de la Tour. Oui, elle préférait la Tour que la capitale. Car là-bas, elle avait vécu en paix, enseignant aux enfants le jour et étudiant la nuit. Jamais elle n’avait eu l’idée de s’enfuir… Mais pourquoi alors était-elle ainsi, en liberté dans les rues d’Aubétoile? Fugitive… Elle avait choisi d’aller au Cercle des Mages, cela avait été sa décision ; celle de s’isoler dans une Tour. Le rêve d’aider ses semblables à vivre une vie calme, et elle acceptait au départ cet enfermement qu’elle ne voyait pas comme une prison. Pour elle, c’était un second foyer et les autres mages, autant que les Templiers étaient sa seconde famille. Mais quand on s’en prend à sa famille, Zyra ne peut rester là sans rien faire, sans agir. Et quand on s’en était pris à son apprenti… celui qu’elle considérait comme son propre fils… elle n’avait pas pu rester de côté… c’était une injustice. Et elle avait cru pouvoir le sauver, raisonner avec les Templiers présents ce jour-là… mais non. Non. Ils avaient forcés leur lame dans le corps du pauvre apprenti sous les yeux de Zyra. Et la vue de tout ce sang… ce corps sans vie. Cela avait déclenché en elle une fureur qu’elle n’avait jamais ressentie auparavant. Jamais elle n’avait utilisé la magie du sang… l’idée ne lui avait même jamais traversé l’esprit. Mais ce jour-là, cette magie s’était forcée jusqu’à elle, nourrie par la fureur qui l’envahissait. C’était presque un don naturel. La surprise avait été grande. Autant chez les Templiers que chez Zyra elle-même. Jamais elle n’aurait cru utiliser cette magie un jour. Et cela faisait maintenant d’elle une ennemie… un monstre que l’on doit abattre. On la qualifiait d’abomination pour avoir usé de cette magie interdite alors que tout ce qu’elle voulait, c’était faire le bien. Elle voulait aider, protéger les innocents. Elle allait utiliser la magie du sang pour combattre le mal… Combattre le feu par le feu. Mais les autres, tout ce qu’ils voient c’est une abomination. Alors, elle se cache… changeant de nom, d’identité. Elle est une ombre qui se faufile le plus loin possible de la lumière. Pour que personne ne la remarque.

Une fois qu'elle arriva à la porte de la ville, elle passa les quelques gardes sans difficulté. Ils ne faisaient pas grand cas d'elle plus occupés à taxer un pauvre paysan qui essayait de vendre ses carottes aux passants. Son sac de voyage sur le dos, elle entama alors la longue route qui la mènerait jusqu'à chez elle. Loin de tout ce bruit et tout ce monde. À l’extérieur de la ville, elle aperçoit un vendeur de chevaux. Comme sa route risque d’être longue, la mage décida d’aller se procurer un de ces animaux. La marche aurait été longue et laborieuse. À dos de cheval, elle allait atteindre Pestebois bien plus rapidement. Et elle était impatiente d’être loin d’ici. Une fois sur sa monture, Zyra claqua sur ses reins et le cheval s’élança au galop. Le souffle faible du vent vint déloger le capuchon qui couvrait le visage de la mage, dévoilant sa longue chevelure noire. Elle s’éloigna peu à peu de la ville mais étrangement, elle ressentait toujours cet inconfort. Cette impression d’être entourée, cernée. Comme si des regards se posaient sur elle. Alors, soudain, il bifurqua de la route pour s’enfoncer dans un petit boisé. Elle se sentait suivie et épiée. On suivait ses pas, la course effrénée de son cheval. Elle ignorait ce que c’était… ou qui… Elle remarqua une petite étendue d’eau devant elle et arrêta son cheval. Aussitôt, elle descendit de l’animal et l’attacha à un arbre. Elle se jeta au bord de la marre et plongea ses mains dans le liquide froid. Elle porta son visage à ses mains et se nettoya lentement, gardant l’oreille ouverte. Pourtant, il ne se passait rien. Son cheval restait calme et posé comme s’il ne pressentait aucun danger. Devenait-elle folle? S’imaginait-elle des poursuivants invisibles? Le silence tomba sur son petit camp improvisé. Toujours rien. Que le bruit du vent qui vient perturber le feuillage.

Et soudain, elle ressent cette sensation familière. Celle de la magie scellée. Comme si tout à coup, l’air est vidé de toute sa magie… comme si son lien à l’Immatériel est à jamais coupé. Et elle se sent inutile… privée de son identité. Et à ce moment, elle sait. Un Templier est dans les parages. Il est peut-être juste derrière elle!? D’un coup sec, Zyra se retourna, la main sur la garde de cette épée qu’elle a volée lors de sa fuite du Cercle. Mais personne… un chasseur de mage se cachait… quelque part. Elle le savait et ce petit jeu ne l’amusait pas. Qu’il se montre. Qu’il ose l’affronter. Certes, elle était dépouillée de sa magie… et cela l’effrayait, mais elle n’allait pas être capturée… ou tuée si facilement.

" Montrez-vous qu’on en finisse. Je sais que vous êtes là. "

Il en fallait plus pour la surprendre dans une embuscade. Zyra scrutait le petit boisé qui l’entourait, observant chaque buisson d’une attention particulière. Puis, elle distingua un mouvement sur sa droite. Elle fit face, dans cette direction, sans pourtant dégainer sa lame. Sa main crispée sur la poignée de l’épée, elle fixait la végétation et tout ce qu’elle pouvait distinguer, c’était une silhouette. Et des cheveux noirs… des cheveux noirs comme les siens… Et à ce moment, elle comprit… mais elle ne voulait pas y croire. Était-ce… Kyra? Cette chevelure, ces yeux bleus… cela ne pouvait être qu’elle! Les yeux écarquillés, la mage relâcha sa garde, éloignant sa main de son fourreau. Sa sœur? Était-ce bien elle? Elle lui manquait tellement… elle était si heureuse de la voir. Elles étaient si proches toutes les deux. Elle fit un pas en avant. Elle allait hurler de joie, une envie de serrer sa demi-sœur dans ses bras, mais elle arrêta son mouvement et garda ses distances. Méfiance. Soudain, elle était confuse… pourquoi se sentait-elle en danger?
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: KYRA&ZYRA (+) we pretend to be strong because we are weak   Ven 24 Jan - 16:39

Kyra n’avait pas prévu de diriger ses pas vers Aubétoile. A vrai dire la seule chose qu’elle avait prévu jusque-là c’était de quitter Alcahar et de se diriger vers Forteterre. Et c’était ainsi qu’elle avait fini à la capitale. Soit quasiment à l’opposé de sa destination originelle. Belle façon d’affronter ses responsabilités… La vérité c’était que la templière ne se sentait tout simplement pas capable de retourner vers Forteterre et encore moins vers Pestebois. Et pas seulement parce qu’elle risquait de devoir y retrouver Alceste. Non. Elle savait aussi qu’elle avait toutes les chances de remonter la piste de Zyra. Et une fois qu’elle aurait retrouvé son aînée, eh bien Kyra devrait faire ce pour quoi elle avait été entraînée. Tuer les Mages du Sang. Mais était-elle seulement prête à le faire ? Drapée dans une cape sombre qui dissimulait son armure, Kyra traversait les rues d’Aubétoile en ruminant ses problèmes lorsque que quelque chose attira son attention.

Une femme voilée marchait devant elle. A priori, rien n’aurait pu la distinguer des autres mais à la voir, Kyra ne pouvait se départir d’une certaine impression de familiarité. Tout dans l’attitude de celle qui la précédait lui rappelait quelque chose. Cette maîtrise et cette grâce qui n’avait rien à voir avec celles des autres passantes. Ou avec sa propre démarche martiale. Elle avait l’impression de l’avoir déjà vue quelque part. Et puis l’évidence lui sauta aux yeux. L’inconnue marchait comme Zyra. Une inconnue qui quittait la ville et qui marchait comme sa sœur disparue. Et qui avait la bonne taille pour ce qu’elle pouvait en voir. La main de la templière se crispa sur la poignée de son épée alors que toute son attitude se modifiait. Il lui fallait en avoir le cœur net. Elle regarda autour d’elle. Mais pas tout de suite. Si sa sœur n’était pas seule, Kyra risquait d’être attaquée de toute part. Et même si elle avait la capacité de bloquer la magie, rien ne garantissait que les mages ne maîtrisaient pas l’art ancestral du couteau entre les omoplates. Non d’abord, elle devait vérifier que Zyra, si c’était bien elle, était seule.

Un instant, Kyra se demanda si ses pas n’avaient pas été volontairement guidés à Aubétoile. Pour qu’elle retrouve Zyra. Elle repoussa cette pensée en secouant la tête. D’abord elle devait vérifier qu’il s’agissait de sa sœur. Ensuite, elle devrait faire ce qu’on exigeait d’elle. Très vite, il apparut que l’inconnue se dirigeait vers l’une des sorties de la ville. Elle allait donc quitter la capitale. Que faire ? Kyra avait laissé son cheval à quelques rues de là. Si sa proie avait une monture à l’extérieur, elle la sèmerait avant peu… Indécise, elle se contenta de la suivre un peu plus longtemps. Finalement, « Zyra » passa une porte. Kyra lui emboîta le pas, toujours à distance, et la vit se diriger à son grand soulagement vers un vendeur de chevaux. Que les Dieux bénissent les maquignons. Retournant à grandes enjambées vers son cheval de guerre, elle l’enfourcha, se débarrassant de sa cape avant de revenir au grand trot vers la porte. Les armoiries sur son armure comme son air décidé suffirent à pousser la population de son passage… Une mauvaise nouvelle en revanche l’attendait à la sortie de la ville. La femme n’était nulle part en vue. S’arrêtant à côté du vendeur, Kyra l’appela.

« Toi. Une femme est passée t’acheter un cheval il y a quelques instants. Quelle direction a-t-elle prise ? »

Le commerçant sembla sur le point de marchander mais ses yeux accrochèrent l’insigne templier puis sa main sur la poignée de son épée. D’un doigt tremblant, il lui indiqua la direction du Nord. Sans le remercier, la jeune femme lança son destrier en avant, dans l’espoir de rattraper le temps perdu… Lorsque, finalement, elle aperçut plus loin sur la route la silhouette d’un cavalier solitaire aux longs cheveux noirs, Kyra ralentit l’allure, se contentant de suivre sa proie à bonne distance. Pourtant elle dut faire une erreur puisqu’elle ne tarda pas à voir la monture de la jeune femme ralentir puis quitter la route. Bien… Dans quelques minutes, elle aurait la confirmation de ses soupçons. Elle ralentit son propre cheval. Le bai brun renâcla, visiblement coupé dans son élan, mais obéit tout de même.

« Brave bête… »

Quittant la route en amont de sa cible, Kyra descendit de selle et se concentra quelques minutes. Pour certains, bloquer la magie était une gageure. Pour la jeune femme, c’était presque une formalité. Elle s’était entraînée il fallait le dire… Avec Zyra, justement. Si c’était bien elle, la mage du Sang allait le regretter. Dégainant son arme, Kyra se dirigea vers sa proie… Et eut toutes les peines du monde à contenir sa surprise en entendant la voix de son aînée s’adresser à elle…

Elle sortit de sa cachette, en essayant d’empêcher ses mains de trembler. Un templier ne tremblait pas lorsqu’il s’apprêtait à exécuter une sentence. Il faisait son travail vite et bien. Kyra serra donc les dents puis, d’une voix rendue rauque par l’émotion, déclara :

« Zyra Snow. Vous vous êtes rendue coupable de sédition et d’utilisation d’une magie interdite. Vous êtes condamnée à mort par l’autorité du Cercle des Mages et du Chapitre Templier. »

Sans attendre que sa sœur se remette du choc de leurs retrouvailles, Kyra plongea en avant avec une seule pensée. Ne la laisse pas parler. Fais ton devoir. Si Zyra commençait à parler, Kyra n’était pas sûre de pouvoir conserver ses résolutions.
Revenir en haut Aller en bas
 

KYRA&ZYRA (+) we pretend to be strong because we are weak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Kyra Zeadkiel [Validée]
» One Piece Strong World 0
» HYE-NA.park _ sometimes i pretend to be normal but it gets boring so i go back to be me
» SHU LIN • be strong and endure
» Five Pussy for ONE REAL MAN (RATED R - Strong Language -) 1/1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TALES OF KAHANOR. :: UNE PETITE CHOPE ? :: les sujets HRP-