AccueilAccueil  Tumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 les apparences sont parfois trompeuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: les apparences sont parfois trompeuses   Sam 4 Jan - 11:22


les apparences sont parfois trompeuses

AUBÉTOILE
———— ɤ ————

Azrael observait les cieux d'un œil attentif. Les nuages d'un noir profond emplissaient le ciel, recouvrant les environs d'Aubétoile telle une couverture ténébreuse. De temps en temps un éclair tonnait, révélant les contours nuageux, menaces d'une tempête imminente. Les premières neiges recouvrant encore la région fonderaient, les pluies qui ne manqueraient pas de s'abattre sur la région rendraient les routes boueuses, et même certains chemins de la capitale deviendraient difficilement praticables. Azrael estimait qu'il faudrait environ une heure, peut-être plus, pour que les nuages crachent la pluie sur les pierres blanches d'Aubétoile, qui aujourd'hui ne brilleraient pas. Le souper terminé depuis plus d'une heure maintenant, Azrael n'aspirait qu'à une chose : se promener dans les rues animées de la capitale de Kahanor, de l'air frais et électrique précédant une tempête. Le roi était contrarié pour une quelconque raison, et son humeur maussade semblait s'être étendue à toutes les personnes présentes à sa table. Azrael avait même osé lui proposer une promenade sur les murs immaculés entourant le Palais Royal, mais Halbarad avait refusé poliment, une réunion du Conseil l'attendant. C'était donc en soupirant que le jeune apprenti Sombrelame avait quitté les murs de la royale bâtisse, trop heureux d'échapper à un quelconque devoir, malheureux toutefois pour son ami, son roi.

Préférant se promener sans qu'on le reconnaisse tous les trois pas, Azrael opta pour un habillement relativement simple. S'il s'habilla de vêtements de bonne facture en laine grise foncée, il laissa son épée sur son présentoir, préférant qu'on ne le reconnaisse pas en tant que chevalier. Il déposa également tout ce qui pourrait l'identifier comme un noble, tels que quelques bagues et colliers en métaux précieux, entourant ensuite ses épaules d'une cape noire qui le protégerait de la pluie au cas où elle le surprendrait encore à l'extérieur. Il n'emporta comme armement que ses dagues jumelles forgées en sombrefer, qu'il glissa derrière son dos, coincées dans sa ceinture de manière à ne pas le blesser au moindre mouvement. Parfaitement aiguisées, il suffisait de mal les positionner pour s'entailler le dos. Combien d'heures n'avait-il pas passé en compagnie de son Maître Sombrelame, à apprendre comment cacher des lames dans le moindre recoin de ses vêtements ? Mais l'entraînement ayant porté ses fruits, Azrael quitta bientôt le Palais Royal, feintant les quelques gardes patrouillant le secteur en sortant par une porte réservée d'habitude aux serviteurs travaillant au palais.

❞ ❞ ❞
Les lampes à huile disposées ça et là par les commerçants, afin d'attirer l'oeil attentif des quelques clients se promenant encore à ces heures, n'éclairaient que mal les rues de la capitale. Diffusant une lumière blafarde qui ne suffisait pas à repousser totalement l'obscurité, les petites flammes dégageaient l'odeur caractéristique du suif de mouton. Ce qui changeait des bougies parfumées qu'on trouvait au Palais Royal, à vrai dire. Mais cela ne dérangeait pas Azrael, au contraire. Il aimait se plonger dans le Quartier Commerçant de la capitale, avec ses odeurs, ses couleurs, ses sensations. Alors qu'il se promenait au milieu des étals, observant avec la même curiosité qui l'habitait depuis son plus jeune âge, le chevalier bouscula quelqu'un. Se retournant vivement, il s'excusa immédiatement. « Veuillez m'excuser. » Et ce avant même d'avoir aperçu de qui il s'agissait. Si en tant que membre de la famille royale il ne se serait pas forcément excusé auprès d'un simple roturier, le fait qu'il n'arbore aucun signe distinctif des Hammer l'obligeait à quelques concessions. L'anonymat avait du bon, mais également du moins bon, et Azrael avait apprit, à ses dépends parfois, dans des bagarres de taverne d'autres fois, que quelques paroles amicales ouvraient bien des portes. Et des sourires.
Revenir en haut Aller en bas
avatarthe world
ɤ REGISTRATION : 14/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 348
ɤ STATUT DU SANG : fille d'une Elfe et d'un éleveur de chevaux.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Elle a vu le jour dans la contrée de Tameriel, alors verdoyante et magnifique contrée des Elfes.
ɤ METIER OU FONCTION : Guérrisseuse, mais elle passe sa vie à se cacher ou à errer.

MessageSujet: Re: les apparences sont parfois trompeuses   Dim 5 Jan - 15:00

La morsure du froid l'attaque dès qu'elle sort de son abris. L'air lui fouette le visage, lui pique la peau. Elle sent ses joues rougir, et ses doigts geler. La nuit est encore présente, la lune brille encore dans le ciel, et pourtant, les rayons du soleil ne devraient plus tarder à éclairer de lueurs orangées et rosées l'horizon. Plus qu'une journée et Dellyn pourrait retourner librement à Tirisfal. Dezial Rivers, le maître d'armes, le lui avait dit. Deux jours. Pas un de plus. Et si il ne venait pas à elle, alors elle s'en irait. Il lui avait donné suffisamment d'argent pour qu'elle puisse subvenir à ses besoins bien plus que deux jours, mais de son argent, elle n'en voulait pas. Elle l'avait conservé uniquement pour payer deux nuits supplémentaires, ensuite, elle donnerait ce qu'il resterait. Elle utiliserait l'argent qu'elle gagnerait elle.
Et c'était vers la place du marché qu'elle se dirigeait désormais. Déjà grouillante de commerçants installant leurs marchandises sur leurs étals. Avec un soupir, Dellyn trouva un coin tranquille, et fit de même. La journée promettait d'être longue, très longue. Mais qu'était une journée pour elle, alors qu'il lui restait des centaines d'années à vivre ? De la poussière, rien que de la poussière.

Machinalement, elle donnait les potions, répondait aux questions, prenait les quelques pièces qu'on lui donnait. Dellyn continuait d'observer avec attention la place du marché, les gens qui s'y promenaient. La plupart n'étaient que des acheteurs potentiels, les autres des commerçants, mais dans cette foule se trouvaient aussi des voleurs, elle en avait déjà fait les frais. Et peut-être même qu'il y avait encore d'autres personnes. Peut-être qu'elle était observée en ce moment-même ? Tant que le maître d'armes n'aurait pas eu la confirmation qu'elle n'y était pour rien dans la mort du Roi, elle continuerait sans doute d'être dans la liste des suspects. Elle secoua la tête, lâchant un soupir qui lui valu un regard noir d'une femme sèche et maigre qui se trouvait en face d'elle, à observer les potions et les herbes. Était-ce encore de l'une qui croyait qu'elle était une mage ? La magie était très mal vue, mais son statut de demi-elfe, si il venait à être découvert, serait encore plus mal pris.
La journée s'écoula avec une lenteur navrante, mais jamais Dellyn ne sentit la fatigue ou l'ennui. Elle était toujours aux aguets, et pourtant, cela ne l'empêchait pas de laisser ses pensées vagabonder lorsque personne ne s'intéressait à ses marchandises. Elle n'était pas une marchande, mais c'était le seul moment de l'année où elle devait vendre car, elle avait beau être une guérisseuse, vivant seule dans la forêt de Tirisfal, personne ne pouvait bénéficier de ses soins. Ou du moins, très rarement.

Ce fut avec soulagement qu'elle accueillit la nuit qui commençait à tomber, elle avait hâte de retrouver cette chambre miteuse qui lui coûtait si cher pour à peine une semaine, ou plus désormais puisqu'elle avait obligation de ne pas bouger. Remballant les quelques potions, plantes et herbes qui lui restaient, elle quitta les lieux aussi rapidement que possible. Ses doigts effleurèrent sa bourse, qui étaient déjà bien remplis depuis le temps qu'elle était là. La semaine avait été magnifique -si elle excluait le maître d'armes-. Dellyn veilla ensuite à ce que sa coiffure masqua ses oreilles pointues, ce qui était toujours le cas. Elle avait beau ne pas porter de très beau vêtements, personne ne pouvait manquer de remarquer le soin qu'elle prodiguait à sa chevelure. Perdue dans ses pensées, et observant les lampes qui brillaient dans l'obscurité, qui lui rappelait un peu les flammes-nuits brillants au crépuscule. Elle revint sur terre lorsqu'elle heurta quelqu'un. Elle se maudit de sa maladresse. Elle n'était jamais maladroite normalement, elle voyait toujours les obstacles venir. « Veuillez m'excuser. » fit une voix masculine. Dellyn leva alors les yeux pour découvrir l'homme qu'elle avait bousculé. Il était grand. Elle n'aimait pas ça. Cela lui rappelait à quel point sa mère, et les Elfes avaient été grands, grands, beaux, et élancés, mais d'une beauté froide et lointaine, alors qu'elle, avait hérité d'une petite taille, sans doute dû au sang humain qui coulait aussi dans ses veines.

« Ne vous excusez pas. C'est aussi de ma faute, je ne vous avais pas vu arriver... » dit-elle en se mordant la lèvre et en se reculant de quelque pas, ne supportant pas la proximité d'une autre personne, et notamment celle d'un homme. « Mais j'aurai pu vu éviter » ajouta t-elle quand même. Elle secoua la tête. Dellyn se dit qu'elle devait être trop secouée par les événements qui s'étaient produit la journée précédente, et donc, qu'elle n'était plus tout à fait elle-même. « Je ne vous ai pas fait trop mal ? Enfin... Vous allez bien ? » continua t-elle, se doutant qu'elle n'avait pas du lui faire mal du tout, c'était plutôt le contraire d'ailleurs, étant donné qu'elle était petite et pas épaisse. Son bras l'élançait un peu, mais c'était de sa faute. Elle aurait du le voir arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: les apparences sont parfois trompeuses   Dim 5 Jan - 19:37

Détaillant quelque peu la personne qu'il venait de bousculer, Azrael remarqua qu'il s'agissait d'une jolie demoiselle. Plus petite que lui, ce qui obligeait le chevalier à baisser quelque peu la tête, elle ne portait pas des habits de très haute qualité, ce qui laissait penser à une roturière. Mais cela ne dérangea pas Azrael, qui remarqua qu'elle possédait de magnifiques cheveux, preuve qu'elle en prenait un soin tout particulier. Combien de fois le jeune homme n'avait-il pas croisé des femmes dans les bas-fonds d'Aubétoile qui, malgré un visage agréable à regarder, portaient des tignasses de cheveux emmêles et sales ? Cela changeait immédiatement la donne, et ne fit pas fuir le Hammer. Il remarqua d'ailleurs que le visage de son interlocutrice était étrangement agréable à regarder, d'une finesse comme on en voyait peu, et il se surprit lui-même à sourire comme un garçon jetant un coup d’œil discret à une noble et belle dame passant sur un grand cheval blanc. Il s'égarait. « Ne vous excusez pas. C'est aussi de ma faute, je ne vous avais pas vu arriver ... » Certes, mais il s'agissait quand même du grand gaillard qui lui avait foncé dedans, alors que son regard se promenait quelques instants plus tôt sur un étal quelconque, où le vendeur affichait une variété d'amulettes et autres porte-bonheurs, petits morceaux de bois ou de pierres sculptés promettant monts et merveilles. Azrael ne croyait pas, par principe, en ces choses soit-disant magiques, préférant se forger sa propre route, que ce soit à l'aide de son épée, ses dagues, ses relations ou tout simplement son entêtement. Ou de sa maladresse parfois, comme le prouvait la situation présente. « Mais j'aurai pu vu éviter. » Azrael remarqua alors qu'elle avait reculé de quelques pas, la proximité du chevalier, bien qu'elle n'avait pas l'air de le reconnaître, semblait la mettre mal à l'aise. Donc si elle avait put l'éviter, cela voulait forcément dire qu'elle ne l'avait pas vu venir. Secouant la tête, elle s'assura ensuite du bien-être d'Azrael. « Je ne vous ai pas fait trop mal ? Enfin ... Vous allez bien ? » Le jeune homme afficha cette fois-ci un franc sourire. Il en fallait plus que ça pour lui faire mal ! Il suffisait de s'en enquérir auprès de Dezial Rivers, son maître d'armes, qui le poussait ces derniers temps dans ses derniers retranchements, lui en demandant toujours plus. Et Azrael ne quittait pas l'un des entraînements sans le corps recouvert de bleus, chacun représentant l'une des fois où Dezial trouvait une ouverture dans ses défenses, une faille dans ses parades. Sans oublier son Maître Sombrelame, qui repoussait sans cesse les limites qu'Azrael pouvait atteindre, afin qu'il puisse, peu à peu, réaliser les gestes et actions que certains considéraient magiques, alors qu'il ne s'agissait "que" de prouesses physiques hors du commun, un trait caractéristique aux assassins Sombrelames.

Tendant légèrement les bras devant lui, et s'assurant qu'ils n'avaient rien, Azrael adressa à l'inconnue un sourire amusé et nullement moqueur. « Je crois que je n'ai rien, merci. » Il espérait par contre ne pas trop avoir amoché la demoiselle, car se prendre un type de sa taille et de son poids ne se révélait jamais très agréable, il s'en doutait bien. « J'espère par contre ne pas vous avoir fait trop mal ? » Et heureusement il ne portait aucune armure ou pièce d'armement, comme il le faisait souvent en tant que chevalier. Dans ce cas la jolie demoiselle s'en serait sortie avec un ou deux bleus, sans oublier d'éventuelles coupures dues aux bords en acier. « C'est que je suis quelque peu maladroit. » Et comment ! « J'en oublie la politesse, Az ... Rhaegar. A qui ai-je l'honneur ? » Il failli dévoiler son premier prénom, se rendant compte au dernier moment qu'il pouvait saisir l'occasion de discuter avec quelqu'un sans qu'on le traite uniquement comme un membre de la famille royale. Et même si la plupart des gens qu'il croisait se montraient honorés de sa présence, parfaitement aimables et courtois, Azrael n'ignorait pas que beaucoup ne se comportaient pas de la même manière. Il ne dévoila donc à cette inconnue que son deuxième prénom, que beaucoup parmi le peuple ignoraient tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatarthe world
ɤ REGISTRATION : 14/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 348
ɤ STATUT DU SANG : fille d'une Elfe et d'un éleveur de chevaux.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Elle a vu le jour dans la contrée de Tameriel, alors verdoyante et magnifique contrée des Elfes.
ɤ METIER OU FONCTION : Guérrisseuse, mais elle passe sa vie à se cacher ou à errer.

MessageSujet: Re: les apparences sont parfois trompeuses   Dim 5 Jan - 20:08

Cela le fit sourire. Forcément. Dellyn leva les yeux vers le ciel étoilé. Normalement elle savait parfaitement se contrôler, du moins lorsqu'elle était maîtresse de la situation. D'un bref coup d'oeil elle observa l'étranger. Plutôt bien vêtu. Sans doute devait-il réussir à se débrouiller dans la vie. Cela la faisait se sentir étrange. Un jour, elle aussi avait porté des qualités d'étoffes, des belles robes, mais elle n'était alors qu'une enfant, et sa vie n'avait pas encore été chamboulée. Oh, elle avait rêvé d'être un jour comme sa mère, de pouvoir porter des bijoux, des robes sublimes faites dans les tissus les plus raffinés, les plus fins, aux couleurs chatoyantes, et sans doute aurait-elle connu ce destin-là si les Engeances n'avaient pas fait leur apparition. Et elle se retrouvait désormais à vivre loin de tous, dans sa forêt, à survivre. Elle y arrivait bien. Elle avait eu des centaines d'années pour s'y habituer, et elle n'avait jamais eu d'autres choix.

 « Je crois que je n'ai rien, merci. »  lui répondit-il en étendant ses bras. Dellyn baissa les yeux vers ses pieds et en secouant la tête. Elle était à Aubétoile ici, pas seule à Tirisfal, elle avait appris qu'il y avait toujours du monde, peu importe l'heure.  « J'espère par contre ne pas vous avoir fait trop mal ? »  demanda t-il également. Ravalant une grimace, Dellyn fit un signe négatif de la tête. Elle avait un peu au bras mais elle savait que cela n'allait pas durer, et c'était tout à fait supportable. Elle avait déjà enduré bien pire que cela. « C'est que je suis quelque peu maladroit. »  Un léger sourire étira ses lèvres, qui surprit Dellyn elle-même. Depuis quand n'avait-elle pas souri ? Cela faisait longtemps. Elle perdait l'habitude de n'être heureuse, ne serait-ce qu'une seule minute. « J'en oublie la politesse, Az ... Rhaegar. A qui ai-je l'honneur ? »  Rhaegar. Ou Az ? Dellyn avait parfaitement entendu son hésitation. Néanmoins, son visage resta impassible. Certes elle aurait pu se sentir vexée parce qu'il lui mentait, et qu'elle en avait parfaitement conscience, mais après tout, elle s'en fichait. Si cela se trouvait, elle ne le reverrait plus jamais, alors peu importait son identité. Et après tout, son identité à elle, était bien un mensonge également. Dellyn Herondale n'existait que parce qu'elle l'avait inventé. Son vrai prénom était Mara. Hors, elle savait qu'elle était aussi Dellyn. Des noms, des prénoms, elle en avait beaucoup portés, et tous changeaient d'années en années. Il fallait qu'elle conserve son anonymat. Dellyn Herondale vivrait une dizaine d'années encore, voir une quinzaine, et elle mourrait. Une autre serait crée ensuite, et elle continuerait de vivre comme elle le faisait toujours. « Je m'appelle Dellyn. » répondit-elle d'une voix amusée. Si cela se trouvait, tout l'honneur de le rencontrer était pour elle. « Je crois que nous devrions regarder en face de nous la prochaine fois que nous marchons. » continua t-elle « Cela éviterait des... chocs. Non pas que cela me dérange, je ne rencontre jamais beaucoup de monde. » Dellyn sourit. Rhaegar. Elle se souviendrait de son prénom. Durant cette semaine à Aubétoile, elle n'en avait retenu qu'un seul autre, celui de Dezial. Cela en ferait un de plus désormais.
La solitude aurait sans doute dû lui peser, mais ce n'était pas le cas, cela ne l'avait jamais été. Elle n'avait jamais eu le temps de se lamenter sur son sort.

Dellyn leva les yeux vers Rhaegar, histoire de croiser son regard. Elle cherchait quelque chose à dire, mais rien ne venait. Devait-elle passer son chemin ? C'est ce que toute personne aurait fait, surtout à cette heure. Mais après tout, Dellyn n'était pas vraiment une personne normale, et les dangers qu'il pouvait y avoir dans les rues ne l'effrayaient pas. « Vous...vous êtes originaire d'ici ? D'Aubétoile je veux dire ? Ou de Cahoridie ? » demanda t-elle par pure curiosité, mais n'oubliant tout de même pas l'hésitation qu'il avait eue en se présentant. Elle était curieuse oui, trop pour son propre bien peut-être. Mais après tout, elle n'aimait pas vraiment les menteurs. Même si il n'en avait pas la tête, il avait l'air de vouloir cacher quelque chose. Dellyn savait qu'elle ne découvrirait sans doute pas quoi, mais elle avait le droit de lui poser des questions, rien que pour voir si il était vraiment honnête. Elle sentait qu'il l'était, c'était instinctif, mais, elle était intriguée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: les apparences sont parfois trompeuses   Lun 6 Jan - 12:06

L'espace d'une fraction de secondes, Azrael resta décontenancé par sa petite faute d'inattention. Il espérait juste que cette inconnue n'aie pas remarqué son hésitation, ou du moins qu'elle n'en tirerait pas un jugement sur sa personne. Après tout mentir ne faisait pas partie de ses habitudes, et là il s'était contenté de cacher un peu de vérifier. Ou pas, puisque Rhaegar était réellement son deuxième prénom, qu'il n'utilisait par contre pas beaucoup. En fait cela n'arrivait que lorsque le jeune homme se trouvait en présence de nobles étrangers à Aubétoile, ou qu'il se rendait lui-même hors des terres de la capitale. Dans un cadre bien plus formel donc, qu'une rencontre avec une inconnue dans les bas quartiers de la Cité Blanche.

« Je m'appelle Dellyn. » Le cousin du roi pencha légèrement la tête en avant, affichant un sourire charmé. En fait il trouvait en cette demoiselle quelque chose d'étrange, de captivant, sans qu'il ne puisse réellement mettre le doigt dessus. Peut-être s'agissait-il simplement de son changement d'attitude lorsqu'elle annonça son nom d'un ton plus amusé. Elle semblait plus confiante, moins sur la défensive. Sûrement ça. « Je crois que nous devrions regarder en face de nous la prochaine fois que nous marchons. » Cela contredisait beaucoup avec les enseignements de ses maîtres, lui conseillant de ne jamais se focaliser droit devant soit, mais de contempler l'ensemble, prendre garde à chaque détail. Mais cela ne s'appliquait-il qu'à une situation de combat ? Azrael secoua intérieurement la tête négativement. Se montrer attentif à tout, toujours. Ne jamais baisser la garde, surtout en tant que membre de la famille royale. Il s'agissait là de conseils, d'ordres même, qu'il appliquait depuis sa plus tendre enfance, son sang faisant de lui une cible privilégiée des assassins et autres truands. Voilà donc pourquoi le chevalier se plaisait à, parfois, parcourir les rues d'Aubétoile sous le couvert de l'anonymat, un homme parmi tant d'autres, un homme qu'on ne chercherait pas à atteindre. Enfin pas de la même manière. « Cela éviterait des ... chocs. Non pas que cela me dérange, je ne rencontre jamais beaucoup de monde. » Cette fois-ci Azrael fronça légèrement un sourcil, affichant une moue surprise. Aubétoile devait être une des villes, sinon la ville, des plus peuplées de Kahanor. En fait c'était comme si elle ne dormait jamais. Toujours du monde dans les rues parfois étroites parfois plus larges, toujours quelqu'un buvant un verre dans une taverne ou réservant une chambre dans les auberges plus huppées, toujours des soldats sur les murs ou patrouillant à l'intérieur. Bref, Aubétoile ne dormait jamais. Ce qui voulait forcément dire que Dellyn n'habitant pas la capitale, piquant la curiosité du jeune homme. Que venait donc une demoiselle comme elle faire ici ? Au vu de ses vêtements elle ne faisait pas partie de la noblesse, donc elle venait peut-être simplement rendre visite à quelqu'un ? Car elle ne semblait pas non plus être une paysanne ou une quelconque travailleuse de la terre venue vendre ses biens. Quoiqu'il en soit, l'apprenti Sombrelame ne manquerait pas de s'enquérir sur le sujet un peu plus tard. « Vous ... vous êtes originaire d'ici ? D'Aubétoile je veux dire ? Ou de Cahoridie ? »  La chose se compliquait, mais jamais en manque d'idées pour se sortir de situations plus délicates, Azrael haussa les épaules. « Oui on peut dire ça comme ça. Je suis né ici et ne sachant rien faire d'autres, je suis devenu soldat d'Aubétoile. » Bon là il s'agissait bien d'un petit mensonge. Bien qu'ayant vu le jour entre les murs du Palais Royal, Azrael était bien plus d'un simple soldat. Cousin direct du roi, dont le père l'avait lui-même adoubé chevalier, le jeune homme se trouvait depuis maintenant plus d'une année en apprentissage auprès d'un Maître de la redoutable et redoutée Guilde des Sombrelames. Cela changeait évidemment du simple soldat, mais il ne voulait pas dévoiler toutes ses cartes à cette parfaite inconnue dont il ne connaissait que le prénom. Dellyn devait se demander ce qu'un soldat faisait dans un accoutrement pareil, tout vêtu de gris et sans une arme à la ceinture (même si ses dagues jumelles en Sombrefer se trouvaient parfaitement camouflées dans son dos), mais cela ne dérangeait pas Azrael : il était en congé, tout simplement. Enfin plus ou moins. « Quel vent vous amène à Aubétoile ? Car si mes déductions sont correctes, vous n'êtes pas d'ici ? » Il s'agissait là d'une affirmation plus qu'une question, car le fait que Dellyn affirme ne jamais croiser beaucoup de monde ... c'était aux yeux d'Azrael une preuve que la demoiselle n'habitait pas la capitale. Loin de la juger pour ça, il s'agissait simplement de sa curiosité qui se mettait en marche, désireuse d'en apprendre plus sur cette inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
avatarthe world
ɤ REGISTRATION : 14/12/2013
ɤ PARCHEMINS : 348
ɤ STATUT DU SANG : fille d'une Elfe et d'un éleveur de chevaux.
ɤ CONTRÉE DE NAISSANCE : Elle a vu le jour dans la contrée de Tameriel, alors verdoyante et magnifique contrée des Elfes.
ɤ METIER OU FONCTION : Guérrisseuse, mais elle passe sa vie à se cacher ou à errer.

MessageSujet: Re: les apparences sont parfois trompeuses   Sam 11 Jan - 22:29

Un soldat. Dellyn ferma les yeux. Elle ne portait pas particulièrement les soldats dans son cœur, la plupart étant des personnes issus de classes basses, et par conséquent, pas vraiment éduqués. Elle se souvenait de la guerre contre les Engeances, des soldats qui les avaient combattus. Certains étaient allés à la mort la tête haute, mais les autres s'amusaient, violaient, pillaient, s'en prenant à des petits villages, volant la nourriture pour « eux ». Elle les détestait. Elle réprouvait la violence. Certes, Dellyn n'était pas un ange, et lorsqu'elle devait tuer, elle le faisait, sans l'ombre d'un regret, sans jamais douter d'elle. La mort faisait partie de sa vie, et elle verrait des milliers et des milliers de morts. Elle était destinée à cela, en tant que demi-elfe à la longévité exceptionnelle, et en tant que guérisseuse. Elle avait beau ne pas pratiquer beaucoup, il lui arrivait néanmoins de faillir à sa tâche, et de voir mourir les personnes qu'elle s'acharnait à sauver. C'était drôle. Ces personnes qu'elle sauvait n'hésiterait pas à la tuer s'il savait qui elle était. Elle ferma les yeux. Le Templier. Edwin. Il l'avait laissée en paix. Il l'avait épargnée. Pour le moment.
Elle rouvrit les yeux. Rhaegar n'avait pas l'air méchant, à vrai dire, il n'avait pas l'air d'un soldat. Il devait être plus qu'un simple soldat. Elle sourit néanmoins. Tous le monde avait des secrets, elle était bien placée pour le savoir. Posant son baluchon par terre, Dellyn répondit aux questions « Je suis originaire de Tameriel. » son sourire se fana un peu. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'était pas retournée là-bas, les forêts, les prairies qui recouvraient autrefois sa contrée avaient disparues, ne laissant place qu'à un désert aride et sec, pour elle, la contrée était morte, elle avait dépéri avec le départ des Elfes « Mais j'habite en Medraven. Je suis guérisseuse. Je suis venue ici simplement pour vendre mes potions et des herbes. Je ne reste pas très longtemps. A  vrai dire, je m'en vais demain. Je voyage beaucoup. ». Sa phrase s'acheva en un sourire.

Dellyn passa la main dans ses cheveux, rapidement, effleurant le bout pointu de ses oreilles. Il était dangereux de se balader sans bandeau entourant sa tête, elle en avait conscience, mais elle n'avait pas envie d'en porter un tous les jours, par simple coquetterie. Elle secoua la tête, troublée. Elle maudit Edwin. C'était lui la cause de son trouble. Généralement, elle se sentait mal à l'aise en compagnie de jeunes hommes, alors qu'elle avait des centaines d'années, ce qui était stupide de son part, elle le savait. Rhaegar était jeune, et pourtant, elle ne se sentait pas mal à l'aise. Non, quelqu'un d'autre emplissait trop ses pensées à son goût. Et cela l'effrayait. Elle aurait dû le laisser mourir, elle se répétait cela afin de se convaincre. Et pour l'oublier. C'était un Templier. Un humain. Il pouvait la tuer si l'envie lui en prenait.

« Et que faites-vous en tant que soldat ? Vous êtes affecté quelque part ? A la protection de la famille royale ? Vous les connaissez d'ailleurs ? » demanda t-elle encore, sans crainte de montrer sa curiosité. « Est-ce que vous connaissez des beaux endroits à visiter ici ? » La capitale était toujours en changement constant, tellement qu'à chaque fois qu'elle y venait, elle trouvait toujours quelque chose de changé. Cela était troublant, surtout qu'elle n'arrivait plus à retrouver ses repères.
Dellyn n'avait jamais pris le temps de visiter quoi que ce soit, elle avait certes beaucoup voyagé, mais surtout pour  sa propre sécurité, afin qu'on l'oublie, qu'on ne se souvienne pas de son visage. Désormais, elle vivait dans la forêt, comme la plupart des siens d'ailleurs.
Elle leva le visage vers le ciel nocturne, piqueté d'étoiles. Elle aurait pu rester des heures ici, à observer le ciel, mais elle n'était pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: les apparences sont parfois trompeuses   

Revenir en haut Aller en bas
 

les apparences sont parfois trompeuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F) Katie McGrath ✣ les liens du sang sont parfois les plus forts [LIBRE]
» Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TALES OF KAHANOR. :: UNE PETITE CHOPE ? :: les sujets HRP-